Advertising Console

    Alain Juppé répond à Bernard Kouchner sur la "faute"...

    Reposter
    LiliTheKing

    par LiliTheKing

    402
    1 554 vues
    "Interrogé sur le rôle de la France au moment du génocide des Tutsis en 1994, M. Kouchner a répondu : "C'était certainement une faute politique. On ne comprenait pas ce qui se passait. Mais il n'y a pas de responsabilité militaire."

    Les propos de Bernard Kouchner, lors d’une visite officielle au Rwanda le 26 janvier 2008, continuent de soulever la polémique. Le ministre des Affaires Etrangères a dit que la France avait commis une faute politique durant le génocide au Rwanda, en 1994.

    Premier visé, sans doute, Alain Juppé, qui était à l’époque au Quai d’Orsay. Il a choisi France Info pour répondre à Bernard Kouchner...

    Note personnelle : il faut croire que Bernard Kouchner, sous l'effet pervers d'une "position" politique confortable, est devenu sénile... Il est vrai que presque 14 annnées se sont écoulées depuis mais comme ses propos ont été enregistrés, il devrait les revisionner.

    En outre, je trouve ses propos ambigus car comme c'est le pouvoir politique qui dirige les militaires, je ne comprends pas comment une erreur politique n'a pas aussi engendré une erreur militaire sur le terrain!

    Je trouve donc la position de Bernard Kouchner très malsaine. En d'autres mots, il refute la responsabilité militaire de la France durant le génocide.

    Alors, je ne vois pas, dans ce contexte, comment des liens diplomatiques vont se renouer entre les deux états et, bien évidemment, ce qui importe le plus pour moi dans ces débats politisés, c'est de savoir si Justice sera rendue aux principaux concernés c-à-d les génocidés et les rescapés de ce génocide.

    Il est à noter que le rapport "Mucyo", qui devait "définitivement?" mettre un terme à toutes ces polémiques sur la responsabilité de la France, n'a toujours pas été publié.

    Il ne faudrait surtout pas que les intérêts politiques l'emportent sur la raison...

    Toutefois, j'espère me tromper dans cette analyse à chaud des événements.