Advertising Console

    C'est dans l'air > Pétrole : le 3e choc 3/4

    Repost
    Cassandre-

    par Cassandre-

    32
    2 373 vues
    Une manière d'annoncer qu'une baisse des taxes n'est pas à l'ordre du jour ? La marche à suivre est à l'étude, et la ministre devrait prochainement recevoir les compagnies pétrolières et leurs distributeurs, afin de discuter des répercussions de la hausse du prix du pétrole.

    Mais en attendant, le consommateur peut s'inquiéter. Le litre du sans-plomb 95 a augmenté de 11 % et s'approche dangereusement d'1,50 euro. Le fioul domestique, qui chauffe encore 11 millions de Français, a pratiquement doublé depuis 1999, et les produits dérivés comme les plastiques amorcent un mouvement similaire. Gaz de France attend la fin novembre 2007 pour demander au gouvernement d'ajuster ses tarifs et Air France risque fort d'être amenée à répercuter la hausse du pétrole sur le prix du billet.

    Les professionnels ne sont pas moins menacés, tant la société est devenue tributaire d'un or noir dominant depuis les années 90. Certains secteurs accusent particulièrement le coup, comme en témoigne le blocage des ports par les marins-pêcheurs, le 5 novembre 2007. "La part gazole représente 30 % du chiffre d'affaires d'un bateau, contre 15 % il y a deux ans", note ainsi Philippe Le Moigne, porte-parole du comité de crise du Guilvinec.

    Les experts ne laissent que peu d'espoir quant à une inversion de la tendance. D'autant que, au-delà des sociétés occidentales, particulièrement gourmandes en énergie, les pays émergents voient à leur tour leurs classes moyennes s'équiper en automobile et en électroménager. Seul remède, alors : le développement des énergies alternatives.