Advertising Console

    Sang d'encre

    Repost
    my private art room

    par my private art room

    8
    3 103 vues
    Actrice reconnue et réalisatrice, Isild Le Besco expose pour la première fois dessins et peintures, fruit de plusieurs années de travail.
    Elle dévoile ainsi une approche créative qui fait écho à ses autres pratiques artistiques. Ce n’est pas un hasard si, aux côtés de peintures grands formats, Isild Le Besco expose de nombreux dessins réalisés à l’encre de Chine. Cette technique lui permet d’exprimer pleinement le caractère irréversible du geste, la brutalité de nos désirs.
    A seulement 24 ans, la liberté d’expression de l’artiste et la charge érotique de ses œuvres sont impressionnantes. Isild Le Besco est un talent brut, autodidacte et intense. Le caractère narratif de ses œuvres vient renforcer l’artiste plurielle qu’elle est.
    Parmi les dessins et peintures exposés, une sélection à l’origine de l’exposition émaille le roman Sang d’encre d’Isild Le Besco, à paraître aux éditions Anabet, en octobre 2007. Ecrit à l’âge de 16 ans, Sang d’encre est un monologue à la fois, romanesque, poétique et pictural, sur les difficultés à construire, entre peurs et désirs, le passage de l’adolescence à l’âge adulte. Tout au long du livre, dessins et peintures font partie intégrante de l’histoire. La fulgurance du trait fait écho à un langage qui se cherche, hors des règles, afin de traduire au plus juste toute la brutalité de ce moment charnière : « la mise en forme d’un désir » commentent les éditions Anabet.
    Inspiré de Sang d’Encre, Charly, second long métrage d’Isild Le Besco (sur les écrans depuis le 12 septembre) s’appuie sur la même urgence. Tourné en DV, en 15 jours, tout est là pour rappeler cette volonté d’aller au plus vite, au plus près des choses et des êtres.