Advertising Console

    Eths - teratologie

    Repost
    Mylenisme69

    par Mylenisme69

    34
    17 940 vues
    Eths - Tératologie
    extrait de l'abum Teratologie (2007)

    Paroles :

    Parle moi encore, je c'est ce que tu aimes faite de moi
    Déforme moi, dévore l'assassin prétorien assoiffé par mon vin
    Viens coucher ma tête fauchée, termine ton effort
    Travaille mon sang a ta sueur mêlée
    N'oublie jamais la saveur de l'horreur sous mes dents
    N'oublie jamais que le corps n'oublie jamais
    Tu m'as vendu clouée, usée
    tu te souviendras de moi
    J'achèverai ta plaie, l'odeur de ta peur me ment
    Les carcasses ici s'amassent, collection collections organique
    Les murmures manipulent les dérèglements anatomiques
    Quelle claire antropophanie
    De curieuse tortures réinventent la genèse des corps
    Nourris par nous
    Les bêtes pendues, protomés humain à l'âme tendue
    Ils savent déjà tout
    Vident la gueule se leurs chiennes pour boucher la mienne
    J'ai là quatre autres langues pour dire tous ce que je sais
    Tous ce que je saigne
    N'oublie jamais la saveur de l'horreur sous mes dents
    N'oublie jamais que le corps n'oublie jamais
    Tu m'a vendu clouée usée
    Tu te souviendras de moi
    On te rappelleras ce que tu nous as fait et comment tu l'as fait
    Nos crânes, couvercles amovibles, coulisses de l'après
    L'œil imprévisible moi, métastable Mandrill au visage d'argile
    Maintenant je sais
    Je c'est qui tu es
    Tu sais qui tuer
    Tératologie morphologique
    Monstruosité fixée
    N'oublie jamais que le corps n'oublie jamais
    Tu m'as pendue tournée, cordée, je reviendrais hurler
    Ma honte, vomir ta tombe de nuage emplis de feu de carnage
    Pour que plus jamais ta mort ne te repose
    J'attends la gueule béante ma folie salivante
    La chaleur de ton cœurs sous ma langue, apparaît ton vrai visage
    Je te hais, je te hais, JE TE HAIS, je te hais puisque se reconnaît, puisqu'on se connaît, puisqu'on se connaît, puisqu'on se connaît