Advertising Console

    Nage de salon pour douleurs cervicales

    Reposter
    SULTANA ROLAND

    par SULTANA ROLAND

    113
    8 989 vues
    Les nages de salon permettent de reproduire sur terre les effets de la natation (apesanteur, antalgie, etc.).
    Leur champ d’application est vaste : prévention et traitement de fond des lombalgies, dorsalgies et cervicalgies, échauffement des sportifs et des travailleurs, remise en forme des sujets sains, etc...
    Elles nécessitent un matériel très sommaire (un lit ou un tapis) et peuvent donc être pratiquées facilement chez soi, en cabinet de kinésithérapie ou dans une salle de gymnastique collective.
    De nombreuses personnes se lancent dans les activités sportives, professionnelles ou simplement usuelles (faire son lit le matin, faire le ménage...) sans aucun échauffement ni préparation.
    C’est une erreur dont souffrent non seulement les lombalgiques, dorsalgiques et cevicalgiques chroniques, mais aussi de nombreux sportifs (claquages, élongations, etc).
    Les nages de salons permettent un échauffement et un assouplissement rapide, des quatre membres et du tronc. Elles peuvent donc jouer un rôle important dans la prévention et le traitement des faux mouvements.
    Comme la natation, il s’agit d’un véritable « sport complet » permettant d’entretenir la forme physique des pratiquants assidus.
    Pour être efficace, ces techniques doivent être répétées dans la journée (en particulier le matin, avant une journée de travail et à la fin de la « pause de midi »).
    Enfin il faut signaler que les « nages de salon » sont des outils polyvalents qui trouvent chaque jour de nouvelles applications, aussi bien en rééducation (kinésithérapie neurologique, traumatologique, orthopédique, rhumatologique, etc.) que dans les Activités Physiques et Sportives (échauffement rapide et récupération des sportifs de haut niveau, des danseurs, des personnes âgées, etc.).
    Bibliographie : SULTANA Roland, HEURLEY Gilbert, CHOPLIN Arnaud – Nages de salon : les bienfaits de la natation sans eau. Kinésithérapie, la Revue 2006 ; (51) : 13-19.