Chantage crapuleux de la lybie

bouddha_sama
28
2 017 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Les otages bulgares de Kadhafi

Cela fait huit ans qu'Ivaïlo attend la libération de sa mère. Alors l'espoir... Dans le petit salon, où le poste de télévision reste allumé en permanence, il écrase son énième cigarette. Sur les photos prises en Libye, lors des procès, Snejana Dimitrova a de longs cheveux gris, le visage dévasté. A ses poignets et ses chevilles, "j'ai vu les cicatrices", dit son fils, évoquant sa première visite en prison, plus d'un an après les arrestations en février 1999. "Elle a maigri de 20 kilos", dit-il dans un souffle.
Accusés d'avoir volontairement inoculé le virus du sida à 400 enfants libyens, les cinq infirmières bulgares et le médecin palestinien, condamnés à mort par deux fois, en 2004 et 2006 - verdict que la Cour suprême libyenne devait confirmer ou infirmer le 11 juillet -, verront-ils un jour la fin de leur calvaire ?
Le 20 juin, la Fondation Kadhafi, dirigée par le fils du "guide", a annoncé qu'un "accord de règlement" entre elle et l'Union européenne serait publié le 22 juin. Au final, la Fondation, qui représente les familles des enfants libyens morts du sida, devrait recevoir plusieurs millions de dollars d'indemnités par enfant mort.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-926553@51-915550,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-926553@51-915550@45-1,0.html

Portrait de kadhafi, Le bilan de 37 ans de règne du président libyen le fossoyeur de la cause nationale arabe
http://www.voltairenet.org/article143216.html

6 commentaires

Le Tchad..a des lecons a prendre de Kadhafi..Mais bon puisque Débi est une marionnette ds les mains de l'occident, ca ne sert pas vraiment a grand chose..
Par Juventino Madiana Il y a 7 ans
La "prise d'otages" s'est plutot bien terminée...
Par cesariot escartefigue Il y a 8 ans
kadafie aurai du les tué c infirmere
Par maison-bord Il y a 8 ans
Tripoli (lybie) capitale de la torture.

Aujourd'hui, quand elle évoque les tortionnaires libyens, Zorka Anatchkova parle des "pitbulls de Kadhafi". De son sac, la vieille dame extirpe un album de photos, des articles de presse et l'ouvrage, en bulgare, que l'avocat Vladimir Cheïtanov a consacré au "procès du sida à Tripoli" (éditions Ciela, Sofia, 2004). Quand elle a pu rendre visite à sa fille, dix-huit mois après les arrestations, Zorka aussi a vu les cicatrices. "Le bout de ses doigts et de ses pieds était brûlé. A cause de l'électricité, raconte-t-elle. A d'autres moments, on les pendait nues, par les bras, et on les battait. Parfois on leur bandait les yeux et on lâchait les chiens. Après les séances, une femme gardien les frappait pour ne pas qu'elles s'évanouissent..." Zorka se mouche, s'excuse et reprend : "Nassia Nenova a essayé de s'ouvrir les veines. Valentina Siropoulo, elle, est restée un mois sans pouvoir dire un mot."

Achraf Alhadjoudi, le médecin palestinien - à qui Sofia vient d'attribuer la nationalité bulgare pour qu'il soit, éventuellement, libéré en même temps -, a, lui aussi, été longuement supplicié. Les tortionnaires, "onze au total, dont trois particulièrement féroces", sont des "gens sans coeur et sans Dieu", ajoute la vieille Bulgare. A la prison de Tripoli, la mère de Christiana a croisé "plein d'autres étrangères", surtout des Africaines.

Une vérité qui dérange :

Pour que le sort des infirmières bulgares se dénoue, faudra-t-il attendre, comme le croit Ivaïlo, que la Grande-Bretagne relâche le Libyen emprisonné à Londres pour son implication dans l'attentat de Lockerbie - du nom de la ville écossaise au-dessus de laquelle un avion de la Pan Am avait explosé, en 1988, causant la mort de 270 personnes ? Faudra-t-il que l'Union européenne (UE) augmente les "indemnités" aux familles libyennes dont les enfants ont été contaminés et tués par le sida - contamination antérieure, le professeur Luc Montagnier et d'autres experts l'ont démontré, à l'arrivée des infirmières bulgares à l'hôpital de Benghazi ? Faudra-t-il que la Bulgarie accepte d'effacer la dette libyenne, d'un montant équivalent à 53 millions de dollars, comme on le murmure à Sofia ? "Nos infirmières sont les otages d'un jeu qui les dépasse. Seule la pression internationale peut les sauver", commente la journaliste Maria Baeva, directrice de l'hebdomadaire féminin Nie Zhenite (Nous les femmes).

lire l'article dans son intégralité :

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-926553@51-915550,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-926553@51-915550@45-1,0.html
Par bouddha_sama Il y a 8 ans
mujibat
Pourquoi versé une compensation (fidya) quant on sait que les aveux ont été extirpé par la torture, pratique très courante dans les pays islamiste, mais le pire c'est que les enfants contaminés l'étaient bien avant que les infirmières ne pose le pied a tripoli, c'est plutôt a Kadhafi de payer la Fidya.
Comme je l'ai déjà dis et je le répète, kadhafi est un mégalomane narcissique qui aime faire parlé de lui, et qu'on le supplie, peu importe la manière.
J'allais oublié... son sodomite de fils qui est aussi sont conseillé est un fervent admirateur de l'ile blanche (Ibiza) ou il aime se pavané sur le sable...!

comme quoi les chiens ne font pas des chats.
Par bouddha_sama Il y a 8 ans
Voir plus de commentaires