DISCOURS SUR LE COLONIALISME, 50 ANS APRÈS

SANTA-LUCIA
5
3 461 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Rencontre à Fort-de-France entre Aimé Césaire et le secrétaire général de la francophonie Abdou Diouf, qui lui rend hommage. 50ème anniversaire du "Discours sur le colonialisme". Son adaptation au théâtre. Point de vue d'Alain Mabanckou.
Extrait du magazine Espace francophone (animé par Dominique Gallet et Mona Makki) - site: www.tv-francophonie.com/

6 commentaires

Très intéressant cette adaptation pour le théâtre du Discours sur le colonialisme mais aussi ce dialogue entre Césaire et Diouf. Je suis allé sur www.la-clef.info : très bien sur Césaire, mais aussi la réflexion sur la lettre de Guy Moquet. Une recommandation: allez tous les 9 et 10 mai au festival AFRICAPHONIE (www.africaphonie.com).
Par Saint-George il y a 6 ans
Merci pour cette video ! Comme le conseille Canal-Orient je suis allé sur www.la-clef.info. Très bien l'article (et ce blog).
Deux autres videos m'ont intéressées:
http://www.dailymotion.com/video/x556u7_aime-cesaire-legalite-est-ou-nest-p_news
et
http://www.dailymotion.com/video/x54loz_taubira-hommage-a-cesaire-direct-18_news
Par FRANCE-METISSAGE il y a 6 ans
C'est une très belle rencontre entre le Sénégalais Abdou Diouf, secrétaire général de la francophonie et Aimé Césaire, chantre de la Négritude. Quel hommage! Bravo pour les extraits du "Discours sur le colonialisme". Ce texte important devrait être lu dans toutes les écoles de France. Par ailleurs j'ai lu un article très intéressant "Aimé Césaire et le peuple français" sur www.la-clef.info/. A lire
Par CANAL-ORIENT il y a 6 ans
17.04.08
Et je lui dirais encore :
« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n'ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s'affaissent au cachot du désespoir. »
Et venant je me dirais à moi-même :
« Et surtout mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l'attitude stérile du spectateur, car la vie n'est pas un spectacle, car une mer de douleurs n'est pas un proscenium, car un homme qui crie n'est pas un ours qui danse... » Aimé CESAIRE, Cahier d'un retour au pays natal, p.22, Éditions Présence Africaine, 1983
Par black_riper il y a 6 ans
Jeudi dix sept avril deux mil huit.

Nous dirons encore que l'on t'aime Aimé Césaire.

Il s'en est allé loin de ce cirque vulgaire que l'on appelle Système Monde, de cette machinerie mercantile, de cette usine planétaire qui use les hommes et usurpe l'identité des âmes. Il, Aimé, nous a fait contempler le coeur putride de cette humanité tragique. Celle-là même qui oublie aujourd'hui la vérité, le bien et le bonheur et se satisfait de cette effroyable mystification. La logique du pourrissement se poursuivra sans lui, sans Césaire. Mais d'autres cris diront le scandale de cette débâcle des consciences. Que nous soyons attentifs dans tout ce brouhaha stupéfiant ! Le mal fait tant de bruit, agité qu'il est dans sa folie.
Par black_riper il y a 6 ans
Voir plus de commentaires