Advertising Console

    crimes sexuels de l'église 3/3 (en anglais)

    Repost
    islam_pour_toujours

    by islam_pour_toujours

    9
    927 views
    Réponse aux détracteurs de l'Islam...
    Le 31 août 1996, le cardinal de Nairobi, Monseigneur le Cardinal Maurice Otunga, remet au goût du jours une vénérable tradition chrétienne: l'Autodafé. Mais le Cardinal est un homme de son temps. L'Afrique étant ravagée par l'épidémie du SIDA, le saint homme ne livre pas aux flammes des hérétiques, mais des boîtes de préservatifs et des petits livres sur le SIDA et comment s'en protéger. Une petite foule de 250 fidèles assiste à cette cérémonie.
    Mais le Cardinal n'en est pas à son coup d'essai. Un an avant, il avait déjà fait preuve d'un esprit oecuménique peu banal en procédant à un premier Autodafé de préservatifs en compagnie de l'Imam de la mosquée de Jamia en août 1995.
    Le Cardinal Maurice Otunga n'est pas un personnage insignifiant dans l'église catholique: il était considéré comme un papable à l'époque de l'élection du pape Jean-Paul II, et ses Autodafés ne lui attirent aucun reproche du Vatican.
    Les oeuvres que le Cardinal jette aux flammes ne sont pas de banals manuels sur l'usage du préservatifs, mais des livrets développés par des ONG locales au cours d'un long travail sur deux ans financé par le Programme for Appropriate Technology in Health du Kenya. Ces livrets proposaient L'ABC de la protection contre le SIDA: "A for abstinence, B for being faithful and C for condom use". Le C ayant eu l'heur de déplaire aux prélats catholiques, les livres finirent dans les flammes. D'autres évèques Africains participent aussi à la lutte contre le préservatif. Par exemple Monseigneur Jean-Marie Untaoni Compaoré, archevêque de Ougadougou au Burkina-Faso lance en 1996 le slogan: "Pour combattre le sida, luttons d'abord contre le préservatif car celui-ci empêche d'avoir une conception globale de la relation sexuelle". Il faut rappeler que au moment de l'Autodafé de 1996, l'on estimait que 1 million de Kenyans (sur un total de 26 millions) étaient porteurs du virus HIV