Advertising Console

    AznavourCopyrightSummit

    Repost
    promusicfrance

    par promusicfrance

    11
    1 346 vues
    "A mes débuts, dans les années 40, mes seuls revenus provenaient des droits d’auteur que me versait la Sacem générés par mes chansons écrites pour d’autres interprètes tels que Edith Piaf, Juliette Gréco et Les Compagnons de la chanson, entre autres...
    Il est évident que s’il n’avait pas existé de sociétés d’auteurs en France comme la Sacem ou en Suisse comme la Suisa, et un ensemble de sociétés soeurs dans les autres pays du monde, toutes liées entre elles par des accords de réciprocité, je ne crois pas que mes droits auraient été, d’une part, respectés et, d’autre part, perçus et répartis comme ils le devaient.
    Comme vous le voyez, les sociétés d’auteurs remplissent pour les auteurs un rôle fondamental. Elles sont à la fois les garantes que les droits sont perçus mais aussi les dépositaires des mandats qui leurs sont confiés sur le plan national et international"...
    Ainsi commence le discours de l'auteur compositeur interprète Charles Aznavour, lors du Copyright Summit, organisé par la Cisac, qui s'est tenu fin mai à Bruxelles.