Un plan Marshall pour le 93

LEXPRESS.fr
984
364 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Ce qui est intéressant dans la polémique sur le rapport de la Seine saint-Denis, sur les relation entre la police et la population, ce n'est pas la polémique politicienne...

7 commentaires

Mouais... Les analyses à la Christophe Barbier et de l'Express me font bien rire. De la fausse analyse du fait orienté par un soutien qu'il tente de camoufler aux entreprises de la droite réactionnaire en actes et en paroles. Car les paroles aussi ont leur importance. Aprés le détournement de Jaurès ou Moquet par Sarkozy, Devedjian se lâche, arrogant sur les pauvres au travers du PCF. La voilà cette droite décomplexé en paroles et en actes. Et ce n'est pas Barbier qui va aider le citoyen a comprendre cela...

Sébastien Fontenelle, "Conspiration Communiste En Seine-Saint-Denis", blog Vive le feu !, 5/6/7

http://vivelefeu.blog.20minutes.fr/archive/2007/06/05/qu-est-ce-que-j-ai-eu-peur.html
Par Rak il y a 7 ans
Donc: la presse ("Le Monde", par exemple) a commencé à parler (un peu) de ce "rapport de l'Institut national des hautes études de sécurité (Inhes), qui dépend du ministère de l'intérieur, sur les relations entre la police et la population en Seine-Saint-Denis".
Un document que le ministère de l'intérieur avait pourtant escamoté avec beaucoup de subtilité, à l'époque, point si ancienne, où le ministre de l'intérieur s'appelait Nicolas Sarkozy.
Il va de soi que ce n'est pas (du tout) par hasard que "la publication" de ce rapport "finalisé en décembre 2006" a ensuite été "gelée par le ministère de l'intérieur".
Pour que le ministère de l'intérieur mette autant de soin à planquer une enquête de l'Inhes, qui n'est pas exactement un repaire d'anarchistes, faut vraiment que le truc soit TOTALEMENT accablant.
Accablant pour la police, veux-je dire - parce qu'on n'a jamais vu le ministère de l'intérieur dissimuler un document accablant pour la rac...
Par Rak il y a 7 ans
Pour la population de nos DOP-TOP (départements et territoires d'outre-périphérique).
Et de fait: "La mission d'étude de l'Inhes souligne (...) une "dégradation", voire parfois une "césure" police/population".
Dit comme ça, et raconté qui plus est par "Le Monde", ça n'a l'air de rien - mais quand un organisme comme l'Institut national des hautes études de sécurité, qui est à nos (fiers) gardiens de la paix ce que Chirac est à la bière mexicaine, dénonce une césure entre lesdits et la population, c'est un peu comme un lancer de pavé en fin de manif: ça veut dire qu'il y a de l'exaspération dans l'air.
La suite du rapport le confirme d'ailleurs, puisque aussi bien l'Inhes, pris de frénésie, va jusqu'à suggérer que "la Seine-Saint-Denis (est) dans une situation de "marginalisation croissante" sur le plan économique et social".
Par Rak il y a 7 ans
Pire encore: l'Inhes "préconise de "renouer les liens avec la population des quartiers" et "réorganiser le travail de la police et de ses techniques d'intervention"".
Hey!
On comprend soudain le gel de la publication de ce document, pas vrai?
Parce que là, c'est plus un rapport: c'est un brûlot.
C'est même une espèce de grande baffe dans la gueule du sarkozysme sécuritaire (pléonasme), parce que rappelez-vous: renouer avec le populo?
Réorganiser le travail de la police?
C'est pas vraiment ce qui était prévu, du côté de chez "Nike".
Son programme, à lui, c'était plutôt, un, je karchérise la racaille, et deux, s'il y a des commissaires de police qui se sentent une vocation d'assistante sociale, n'ont qu'à lever le doigt, je les muterai vite fait à Saint-Pierre-et-Miquelon, parce que bon, la solidarité, je veux bien, mais on n'est pas non plus des coiffeuses, bordel de merde.
Par Rak il y a 7 ans
Et voilà pourquoi ce rapport a été soigneusement planqué au fond d'un tiroir.
A côté du dossier RG de Bruno Rebelle.
(Non, je rigole.)
Fallait pas que ce document remette en cause la fière politique sociale du désormais chef de l'Etat, qui a si courageusement su remplacer la vieille théorie socialiste de la carotte et du (gros) bâton par celle, follement rupturiste, du tonfa et du tonfa.
Si le chef de l'Etat et les forces de police doivent maintenant se préoccuper du contexte dans lequel vivent les populations de nos DOP-TOP, où va-t-on?
Où, je vous le demande?
Comment tolérer que "Nike" Sarkozy, au fallacieux prétexte qu'il a été ministre de l'intérieur, puisse être tenu pour responsable d'une quelconque césure police / racaille?
Fort heureusement: un homme s'est levé.
Que dis-je, un homme?
Un Penseur!
Et quel!
Patrick Devedjian!
Et il a dit: "Tout ça, toute cette chienlit dégueulasse, ben c'est tout simple: c'est encore un coup des Rouge
Par Rak il y a 7 ans
Voir plus de commentaires