Advertising Console

    Le père tranquille - Juste punition

    Repost
    Jean P.

    par Jean P.

    394
    17 415 vues
    Film de René Clément (1946). Scénario et dialogues : Noël-Noël. Musique : René Cloërec.

    En 1944 dans une petite ville de la Charente. Edouard Martin (Noël-Noël), agent d’assurances, ancien officier de 14-18 mais père de famille rangé, bien vu des autorités allemandes, ne semble s’intéresser qu'à sa serre d’orchidées et ses parties de belote au bistrot. En réalité, ce « père tranquille » est le chef de la Résistance pour toute la région. Sa femme et son fils l’ignorent ; seule sa fille finira par le découvrir et se joindra à lui.

    Dans cette scène, un agent français de la Gestapo, qui se fait passer pour le capitaine Jourdan, évadé d’Allemagne et arrivant de Londres (Marcel Dieudonné), recrute de jeunes candidats à la Résistance et les fait arrêter en gare d'Angoulême. Malheureusement pour lui, sa route croise celle d’Edouard Martin et de ses lieutenants (Paul Frankeur et Jean Lara).

    Selon le colonel Rémy, grande figure de la France libre, Lucien Noël, dit Noël-Noël (1897-1989), chansonnier, comédien, réalisateur, humoriste fin et original, fut lui-même un «père tranquille», pendant l’Occupation, cachant à sa demande des aviateurs alliés.

    René Clément est le réalisateur de deux grands films sur cette époque : « La Bataille du Rail » (1945) et « Paris brûle-t-il ? » (1967).