Advertising Console

    CABOT, Thierry – Elle.

    Reposter
    Gilles-Claude Thériault

    par Gilles-Claude Thériault

    41
    14 vues
    Rien ne l’empêchera, toute espérance morte,
    De rêver comme hier aux splendeurs de sa porte.
    Chaque matin semblable aura voulu toujours
    Du même et beau visage orner cent tristes jours.
    En songeant dans la rue, il se languira d’elle,
    Elle qui l’aima peu, juste un soir, d’un coup d’aile
    Et dont les grands yeux verts à l’émail convoité
    Bien au-delà des siens, vibreront de clarté.
    Aucun fruit ni parfum, quoi que le destin fasse,
    N’égalera jamais leur si court face à face
    Où sans voir ce que l’aube a de lâche et moqueur,
    Il crut voler le ciel pour s’en draper le cœur.
    Et tandis que courront les méchantes années,
    Tandis que d’autres deuils sur des chairs consternées
    Viendront marquer le temps avec un poids cruel,
    Lui... lui fidèle encore au plus saint rituel,
    Arpentera ces lieux afin de humer l’ombre
    De celle qui mettra du miel dans sa nuit sombre.

    Samedi 2 août 2014
    Poème inédit extrait de "La Blessure des Mots"
    http://p-o-s-i-e.over-blog.net/article-elle-124286056.html

    Thierry Cabot, La Blessure des Mots, poèmes. ÉLP éditeur, 2011.
    http://www.elpediteur.com/auteurs/cabot_th.html

    http://librairie.immateriel.fr/fr/ebook/9782923916309