Advertising Console

    Ronan Appéré, avocat famille de la victime

    Reposter
    France3 Bretagne

    par France3 Bretagne

    213
    820 vues

    1 commentaire

    Thierry Larquet
    CGT Cheminots Bayonne et Hendaye : La sécurité ferroviaire n’est pas négociable

    Tout le monde se rappelle du terrible 17 juillet 2014, dans les Pyrénées Atlantiques : ce jour la, un dramatique accident ferroviaire se produisait à Denguin, deux trains entraient en collision… Le dimanche 11 janvier 2015, quelques mois plus tard, un train transportant des voyageurs a vécu un grave incident, qui aurait pu avoir les même lourdes conséquences. Ce train de voyageur, avec du matériel spécifique autorail X73500, a « déshunté » à 7 reprises sur 11 kms entre Bordeaux et Bayonne. Ce « déshuntage » aurait pu provoquer une collision à un Passage à niveau ouvert, un nez à nez entre deux trains, un rattrapage par l’arrière du type de Denguin… Du 11 janvier 2015 au 02 mars 2015, la SNCF a caché ces événements aux cheminots. Depuis janvier, ces trains X73500 sont suspendus entre la portion de ligne spécifique reliant Bordeaux à Hendaye, pour incompatibilité avec la sécurité. La CGT a travaillé durant quatre mois, pour comprendre cet incident grave, et trouver des solutions. La SNCF n’explique pas catégoriquement cet incident, et émet seulement des hypothèses et probabilités, sans mettre en place d’amélioration du système de sécurité. La CGT avec les cheminots, refuse de mettre en danger les usagers, les citoyens et le personnel, alors même que l’inspection du travail a jugé que« cet incident dont les causes sont potentiellement graves pour l’ensemble des salariés à bord des trains puisque ce défaut génère des risques(…). L’enquête conjointe n’a été menée que partiellement(…). A ce jour aucun élément ne permet de considérer avec précision la cause de l’incident(…). Il apparait donc que le danger grave généré par cet incident est réel et notable.il est susceptible de provoquer un grave accident(…) pouvant avoir des conséquences fatales(…). L’alerte du CHSCT a mis en lumière un risque grave et sérieux pour la santé et la sécurité des salariés. » Depuis le 02 mars 2015, La CGT est en concertation avec la Direction sur cet incident. Depuis le 02 mars 2015, la Direction SNCF entend imposer sa politique managériale au détriment de la sécurité des usagers, des citoyens, des cheminots. Deux salariés SNCF ont refusé ces derniers jours de conduire ces trains incriminés, subissant des sanctions disciplinaires avec retenues sur salaires. C’est pourquoi, la CGT Cheminots Bayonne et Hendaye, bien que consciente et attristée par les immenses désagréments en pleine période de fêtes, appelle à la grève le jeudi 30 juillet à partir de 04h00, contrainte et forcée en raison du manque de réponse de direction.
    Par Thierry LarquetL'année dernière