Remaniement stratégique du gouvernement Cameron

euronews (en français)
1,9K
70 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Un remaniement en Grande-Bretagne signifie toujours un ballet des entrées et des sorties au 10 downing street. Ce matin, William Hague en est sorti après quatre ans passés à la tête du ministère des Affaires étrangères, et des années comme poids- lourd des Conservateurs. Jusqu‘à présent à la Défense, c’est Philipp Hammond, plus eurosceptique, qui lui succède. Tout un symbole. Un remaniement stratégique, deux mois après la défaite cinglante des conservateurs aux élections européennes, et moins d’un an avant les législatives. Philipp Hammond est favorable à une sortie de l’UE.

“Philip Hammond, David Cameron et moi même avons exactement la même vue sur l’Europe; a affirmé William Hague à l’heure du départ. Nous voulons améliorer les relations de la Grande-Bretagne avec l’UE, et donc organiser un référendum sur le maintien ou non dans l’Union européenne. Nous y sommes tous engagés, le Parti conservateur est plus uni sur cette question qu’il ne l’a jamais été depuis tout le temps que je suis en politique. Nous allons faire campagne dans ce sens, et je sais que Philip Hammond s’y engagera. “

Barre à droite, donc, imposée par la victoire des anti-européens du UKIP lors du scrutin européen. Leur chef, Nigel Farage, en avait tout de suite annoncé l’impact :
“c’est un séisme pour la politique britannique, c’est un résultat remarquable, qui aura de profondes conséquences dans la conduitte des autres partis”.

“Purge des quinquagénaire”, “massacre des modérés”, la presse britanique et l’opposition aujourd’hui analysent ainsi ce remaniement. Une équipe rajeunie – exit les quinqua et les barons comme kenneth Clarke, 74 ans et europhile – et féminisée, 7 femmes font leur entrée. Objectif : ratisser plus large l‘électorat en prévision des élections de mai 2015.

Isolé au sein de l’Union européenne, David Cameron a perdu il y a quelques jours sa bataille contre la nomination de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission. Il a promis aux Britanniques d’obtenir des réformes de l’Union qui favorisent le pays, et un référendum pour 2017.

0 commentaire