Mondial : le Brésil à l'arrachée

euronews (en français)
2,2K
2 008 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Ambiance tendue au Brésil hier soir lors des huitièmes de finale du Mondial. Il aura fallu attendre les tirs aux buts pour que le Brésil s’impose face au Chili. Ambiance à Sao Paulo.

Le Brésil s’est fait une frayeur ce samedi soir : la Seleçao décroche son billet pour les quarts de finale aux tirs aux buts au terme d’un match tendu contre le Chili à Belo Horizonte.

A Sao Paulo, la foule a vibré, pleuré, et prié pour que le Brésil ne sorte pas par la petite porte de son Mondial à domicile.

C’est David Luiz qui a ouvert le score en première période avant qu’Alexis Sanchez n‘égalise. S’en est suivie une heure et demie de jeu émaillée d’occasions manquées : un suspens intenable pour les supporters.

“Je suis tellement nerveuse, je ne veux pas regarder. On devrait être à 3-1. Neymar a failli en mettre deux”, nous expliquait Teresa Silva pendant la partie.

“Cela joue plus tranquille parce que c’est serré, un but partout. On va voir ce qui se passe. J’espère que les Brésiliens ne vont pas les laisser gagner. Le Chili joue vraiment bien, c’est une équipe difficile à battre et ils ont un très bon gardien”, réagissait Daniela Cunha lors de la seconde période.

Il aura fallu attendre le cinquième tir au but inscrit par Neymar et le tir manqué du dernier buteur chilien pour que la foule exulte.

Les Brésiliens affronteront les Colombiens, vainqueurs de l’Uruguay en quarts de finale.

“C’est une victoire très importante pour nous. On joue à la maison, on a tout le public avec nous, les supporters sont d’une grande aide. On a vu de grandes équipes comme l’Italie et l’Angleterre rentrer chez elles. Mais, le Brésil, c’est le Brésil ! Et on a tout ce qu’il faut pour être les meilleurs”, assure Fernando Mendonca.

“A l’issue d’un match difficile comprenant prolongations et tirs aux buts, Julio Cesar a permis au Brésil de se qualifier pour les quarts de finale et à tout un pays de faire la fête en jaune et vert”, conclut Rita Ferreira pour euronews.

0 commentaire