La Chine veut faire de la Grèce une de ses portes d'entrée vers l'Europe

Découvrir le nouveau player
euronews (en français)
2,2K
79 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
La Chine souhaite augmenter ses investissements en Grèce. C’est le message du Premier ministre chinois Li Keqiang en visite depuis jeudi à Athènes. Les autorités grecques lui déroulent le tapis rouge. Ou plutôt le tapis bleu car c’est bien dans le secteur maritime que Pékin veut investir. Et ça tombe bien, la Grèce a lancé un processus de privatisation de plusieurs de ses ports.

Depuis 2008, c’est un conglomérat chinois qui gère deux terminaux de transport de marchandises dans le port du Pirée. Cette participation financière est appelée à se développer. La Chine souhaite par exemple investir dans le transport du frêt.

Au total, durant cette visite, les deux pays ont signé des contrats commerciaux pour près de 3 milliards et demi d’euros.

Pour la Grèce, cela peut contribuer à redresser l‘économie après plusieurs années de récession. Le Premier ministre Antonis Samaras sait qu’il ne peut pas compter que sur le tourisme et qu’il doit donc développer d’autres moteurs de croissance. C’est d’ailleurs ce que confirme Stamatis Giannisis, correspondant d’euronews à Athènes. “Le gouvernement grec cherche à nouer des partenariats au sein de l’Union européenne et en dehors, dit-il. La Chine fait ainsi figure de partenaire prometteur car son objectif est de multiplier les portes d’entrée vers le marché européen”.

0 commentaire