MONTAGNAC - Le Chateau de LAVAGNAC : L’espoir est en marche, on ne demande qu’a y croire .

Découvrir le nouveau player
HERAULT TRIBUNE
238
10 435 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Le projet du réaménagement du Château de Lavagnac et de ses abords , associé à la création d’un golf autrement appelé le « Domaine du Petit Versailles « était jusqu’ici un vieux serpent de mer.

De riches propriétaires en futurs exploitants, des frères COX créateurs des « Hard Rock Cafés « à différentes groupes satellites, de déboires en repreneurs , depuis 2006 les projets germaient, tout comme les promesses et nombreux étaient ceux qui avançaient des prospectives ambitieuses bien vite mises à mal.
En 2009 la Communauté d’Agglomération attendaient déjà 330 emplois dans les mois qui devaient suivre.
Pole emploi lui emboitait le pas en créant via le SEFI des formations spécifiques : Il fallait perfectionner l’anglais des futurs salariés. Déjà des demandes d'emplois parvenaient aux initiateurs des projets !

Mais la " crise économique " allait freiner les appétits, ralentir les investissements et endormir les ambitions.
Barry , un des frères COX décède ! Cela ne facilite pas les choses. La nouvelle loi sur l'eau s’immisce dans le débat et n'arrange rien à l'affaire.

Mais Roger FAGES , maire de MONTAGNAC jusqu’en mars dernier ne lâche rien et petit à petit réussi à lever les clauses suspensives et à rapprocher les partenaires.
Yann LLOPIS , son dauphin désigné devenu Maire, prend le relais de cette opération significative qui devrait hisser son village au rang de destination touristique d’exception d’ici moins d une décennie si l'on en croit la description qui en faite sur le papier glacé des plaquettes de présentation.
Sur le site du château classé du Domaine de Lavagnac et sur 180 hectares, c'est 650 lots ceinturés par un golf de 18 trous présentée comme le premier « Country Club Résidence » d’Europe qui attireraient le gratin des golfeurs fortunés Européens.
Antonio de SOUZA , récent repreneur de l’opération laissée en jachère par les frères COX est à la tête du Groupe FRANCE PIERRE . Il agit pour l’heure en fonds propre.

L’homme ne se la " joue pas ". Un rien débonnaire, pragmatique, pédagogue, rassurant il présente sa société comme une entreprise familiale qui a construit son assise et sa réussite à force de travail. Le promoteur-maçon serait à la tête d’un groupe florissant fort de 850 salariés et quelques médias le classe déjà parmi les 150 plus grosses fortunes françaises. La bonhommie de l‘entrepreneur ne peut que l’aider : C'est un homme de contact qui sait parler aux élus et qui a appris à les convaincre.
Il a ainsi déjà réalisé bon nombre programme à MONTGERON et VIGNEUX dans l’ESSONNE ou encore à OZOIR la FERRIERE en SEINE et MARNE .
Le langage de terrain de l'entrepreneur ne s’adresse pas qu’aux seuls élus. Antonio de SOUZA sait également parler aux acteurs économiques. Les entreprises consultées pour la réalisation du projet seront des entreprises locales afin de participer à la dynamique régionale.

Sur le terrain l’espoir renait ! Et cette fois ci ailleurs que dans les déclarations d’intention ! Des plans, une maquette et même quelques appartements et villas témoins étaient proposées aux regards des invités lors de l’inauguration.
Assurément depuis ce Vendredi 13 juin 2014 dont on n'imagine pas qu'il fut choisi par pur hasard , tout porte à croire que l’affaire est cette fois ci sur les bons rails et que le long endormissement du Château de Lavagnac fait désormais partie du passé.
Même le préfet de Région et Préfet de l’Hérault avait honoré de sa présence la cérémonie protocolaire en présence du sous préfet et de nombreux élus dont le Maire d’Agde et Président de l ’agglomération Hérault Méditerranée, Gilles d’ETTORE .

L’opération est entrée en phase de commercialisation. Confiée à la société parisienne CATELLA, Antonio de SOUZA annonce avec une évidente satisfaction que la garantie de bonne fin des travaux de l’ensemble immobilier est acquise.
Le montant de l'investissement global porterait sur plus de 250 millions d’Euros et pas moins de 630 villas.
La première tranche porte sur 125 lots et représente prés de 60 millions d’euros.
Elle serait entièrement financée en fond propre par France Pierre avec une livraison programmée au 2 ° trimestre 2016.

Du studio à 200 000 € à une superbe villa avec piscine à 1,6 million d €, une large gamme de produits immobiliers devrait arriver à séduire une clientèle suffisamment fortunée pour attirer à terme près de 2000 résidents sur le site.

Une seconde tranche débuterait donc en 2016 pour cette opération de longue haleine qui de l’aveu même d’Antonio de SOUZA pourrait s’étaler sur cinq ans et pas moins de huit tranches de travaux programmées.

La construction du Golf pourrait débuter en début 2015, sous réserve tout de même de l'avancement de la commercialisation. L hôtel serait réhabilité en 5 étoiles et des équipements tels qu'un Spa de 1000 M 2, un tennis et un parcours de remise en forme viendraient compléter l‘offre et l'attractivité du domaine.

0 commentaire