Advertising Console

    La Corniche des Cévennes

    Reposter
    ACCEC Motorcycle

    par ACCEC Motorcycle

    5
    141 vues
    La Corniche des Cévennes qui relie Saint-Jean-du-Gard à Florac par la D260 puis la D9 est un axe ancien, très probablement pré-historique qui a été repris au fil du temps pour devenir l'axe économique et touristique actuel de premier plan. Route de crête, elle était empruntée par le bétail en transhumance. Sous les gallo-romains, elle était dénommée "Voie des Gabales".

    La Corniche entre dans l'histoire lors des Guerres de Religion qui voit sa viabilisation sous les ordres de l'intendant Basville. Son parcours au dessus des vallées lui donne un périmètre d'observation conséquent et permet un cheminement rapide des troupes royales.

    Bien que très exposée aux conditions climatiques en raison de sa situation (sur plus de 25 km, la route marque la limite entre le Gard et la Lozère), la route est de bonne facture. Si elle n'est pas améliorée dans le cadre de la création d'un axe performant entre l'Auvergne et le Languedoc (l'itinéraire retenu passera plus à l'Est), elle est classée en 1811 en tant que Route impériale n°127 de Nismes à Saint-Flour. Cet itinéraire devient la Route royale n°107 en 1824.

    Au fil des ans, la chaussée se dégrade et des travaux de grande ampleur deviennent nécessaires. 3 alternatives sont envisagées dont le recalibrage de la route de Corniche ou la passage par l'une ou l'autre des vallées qu'elle surplombe. C'est finalement l'option via les vallées du Tarnon et de la vallée Borgne qui est retenue. Une ordonnance royale du 21/05/1843 ordonne la rectification entre Florac et Saint-Jean-du-Gard. Les travaux débutent dès 1844 dans le Gard et s'achèvent à l'autre extrêmité... 40 ans plus tard ! La nouvelle route ouvre en effet le 1er juillet 1884, alors même que certains aménagements ne sont toujours pas achevés.

    A partir de cette époque, la Corniche n'est plus viabilisée et elle tombe en décrépitude. L'activité se concentre alors dans les vallées et l'axe de crête est quasiment désert. Il faudra attendre la fin des années 1920 pour que des voix s'élèvent en faveur de sa réouverture. C'est chose faite le 17 août 1930 et la route prend alors son appellation de "Corniche des Cévennes". Pour autant, l'itinéraire reste départemental alors que la Vallée Borgne voit passer la RN107 et la Vallée Française la RN583 qui reprend une courte section non-abandonnée de la Corniche.

    Dans l'après-guerre, des travaux conséquents sont entrepris au niveau du Col Saint-Pierre et, plus généralement, de la géométrie de la route qui est élargie et goudronnée. L'itinéraire impérial a désormais repris de sa superbe face aux axes de vallée étroits et tortueux du siècle dernier.

    Caméra : GoPro HERO3

    Moto : Triumph Tiger 800xc

    Musique: Marillion - Incubus