Conciliabules et jeux de chaises pour constituer les groupes parlementaires européens

Découvrir le nouveau player
euronews (en français)
2,2K
52 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
“ Une équipe de rêve qui donnera des cauchemars à Bruxelles. “ C’est ainsi que l’europhobe britannique Nigel Farage a décrit son alliance avec Beppe Grillo. Le chef du Mouvement 5 Etoiles italien a eu l’accord des militants. 78% ont voté pour ce rapprochement dans un référendum en ligne. Les deux partis veulent constituer le socle d’un groupe parlementaire européen incarnant les eurosceptiques.

Une ambition qui est aussi celle de Marine Le Pen et du Neerlandais Geert Wilders. Mais pour ces alliés d’extrême-droite, le compte n’y est pas encore. Il faut sept nationalités pour constituer un groupe et il leur en manque deux.

Quant au parti anti-euro de l’Allemand Bernd Lucke, il a décidé de rejoindre le groupe des Conservateurs et réformistes européens aux côtés des conservateurs britanniques.

En clair, le Parti populaire européen sera loin d‘être le seul à siéger à droite. Il n’en reste pas moins la première force politique du nouveau Parlement européen. Et pour son chef de file, c’est donc bien à Jean-Claude Juncker que revient le fauteuil de président de la Commission européenne :

“ Malheureusement, nous assistons à une campagne de dénigrement contre Mr Juncker et je pense que ce n’est pas une façon de faire en démocratie “, a regretté Manfred Weber.

Pour former un groupe parlementaire, il faut au moins 25 eurodéputés issus de sept pays différents. Et la date-butoir est fixée au 24 juin.

0 commentaire