Advertising Console

    Alain Souchon/Felix Leclerc-La mort de l'ours

    Repost
    Aldebaran333

    par Aldebaran333

    127
    9 583 vues
    En 2011 est sorti le dernier album studio sorti à ce jour d’Alain Souchon Intitulé « a cause d’elles », il est constitué de reprises de comptines, de chansons qui ont bercé l’enfance de l’artiste, le genre de chansons que chantait sa mère au petit Alain et qui ont accompagné son adolescence, chansons qui ont sans doute déclanché sa vocation de chanteur ! (d’où le titre de l’album ) Album pour lequel l’artiste a reversé généreusement les droits pour la lutte contre le cancer notamment celui des enfants auxquels est dédié ce disque
    Parmi toutes celles de l’album une chanson de Felix Leclerc « La mort de l’ours » pour lequel Alain Souchon amateur de promenades dans la nature a retenu l’argument écologique : l’effet destructeur de l’homme sur la nature
    Composée en 1969, c’est peut-être aussi une des premières manifestations de l’engagement politique de Felix Leclerc (l’ours, animal mythique au québec est peut-être alors un symbole ici)
    Un titre qui a aussi été repris par le groupe québécois « Beau dommage »

    Où allez-vous Papa Loup
    Chapeau mou médaille au cou
    Vous a-t'on nommé shériff
    Des montagnes et des récifs
    Non mon fils j'ai pris un bain
    chaussé guêtres canne en main
    Je m'en vais rendre hommage au roi
    Si tu veux viens avec moi
    Un Orignal ni Carcajou
    Je ne connais roi que vous
    Peigne plutôt tes poils fous
    Et suis moi à pas de loup
    Ils ont marché quatre lieues
    Arrivés près d'un torrent
    Sauvage et débordant
    De cris et de chant d'adieux
    Bonjour Sire c'est moi le loup
    Voyez-vous m'entendez-vous
    Je suis venu à travers bois
    Vous saluer comme il se doit
    Il se tient droit salue l'ours
    Qui a la patte dans le piège
    Plein de sang dessus la mousse
    Tombe la première neige
    Le Petit Loup est ému
    Il voudrait rentrer chez lui
    Le gros ours le gros poilu
    Prend sa main lui dit merci
    Ils sont revenus de nuit
    A travers bouleau joli
    Le plus vieux marchait devant
    Et pleurait abondamment.