L'énorme match de Juan Smith en finale de H Cup

Le-Rugbynistere
501
5 756 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
« C'est un rêve, un miracle. Après ma cinquième opération au tendon d'Achille, aucun club ne voulait me donner ma chance. Tout le monde me croyait perdu pour le rugby. » Tout sauf, sauf le RCT de Bernard Laporte et Mourad Boudjellal. « Je leur dois beaucoup » commentait Juan Smith au lendemain d'une finale de H Cup remportée face aux Saracens via le Midi Olympique. Si Alexande Menini n'en revenait pas de vivre une telle aventure, alors qu'il pourrait être relégué en Pro D2 avec Biarritz, que dire de celle de Smith. Il y a quinze mois, ce dernier se retirait du monde du rugby à cause d'une blessure récurrente au talon. Deux ans et demi après son dernier match, et un talon presque neuf grâce à au travail d'un médecin de Bloemfontein, le troisième ligne champion du monde 2007 avec les Springboks a débarqué dans le Var en qualité de joker de médical. Un nouveau pari, pas vraiment risqué (Smith était payé 4.500 € mensuels d'après le Figaro) pour Mourad Boudjellal, dont on connaît l'affection pour les anciennes gloires du rugby en quête d'une nouvelle jeunesse.

Le 14 septembre 2013, il jouait son premier match...face à Castres. Club qu'il retrouvera ce samedi en finale du Top 14. Un match qu'il devrait sans aucun doute débuté. À force de travail et de dévouement, Juan Smith est devenu un titulaire indiscutable malgré l'effectif 5 étoiles dont dispose Bernard Laporte. Il y a un peu moins d'une semaine, il a en effet rappelé aux yeux de tous pourquoi il a longtemps été considéré comme le meilleur joueur du squad sud-africain mais aussi le meilleur à son poste. Non content d'avoir été un monstre en défense avec 16 plaquages pour un seul raté, dont une bonne partie face au golgoth Billy Vunipola, qu'il n'avait pas spécialement ciblé, à « chaque fois que je levais la tête, il me fonçait dessus ! Il fallait bien l'arrêter ! », Smith s'est offert un superbe essai. Un vrai happy end. « Quand j'ai marqué au Millennium, en finale de H Cup, j'étais tellement heureux ! Mais sincèrement, j'aurais traité de dingue celui qui m'aurait dit ça, il y a encore dix mois. » Celui qui s'estime « béni » a désormais l'occasion d'ajouter une nouvelle ligne à son palmarès en remportant le bouclier de Brennus. Mais on peut compter sur les avants castrais pour lui donner du fil à retordre. Ça tombe bien, Juan Smith aime le combat.

0 commentaire