Advertising Console

    Hommage à la beauté.

    Reposter
    jolicrasseux

    par jolicrasseux

    63
    1 298 vues

    15 commentaires

    jolicrasseux
    Héloïse, c'était une confidence désabusée qui ne s'adressait, bien évidemment, pas à vous ! Ces vieux, à 20 ans, sont partis se battre pour la liberté, ils avaient, enfouies au fond de leur coeur, une image et une musique, celles d'une "marraine de
    guerre", moi, j'aurais emporté votre Purcell ! et votre Haendel !!! et tout le reste avec ! Merci.
    Par jolicrasseuxIl y a 9 ans
    heloise combes
    "Quand je vois toutes les vidéos que j'ai voulu partager, le peu
    d'écho qu'elles ont engendré, l'incompréhension qu'elles suscitent..."
    Vous avez été un peu injuste avec moi. La beauté des vieux résistants me bouleverse. Je n'avais seulement pas eu le temps de regarder vos vidéos, les avais vite placées dans "mes favoris" pour les regarder plus tard, car je devais jongler entre les enfants, les répétitions, etc...et me trouvais dans l'impossibilité de prendre le temps... Sans rancune évidemment!
    Par heloise combesIl y a 9 ans
    heloise combes
    Je me souviens, quand j'étais petite, nous faisions de l'allemand à l'école. Le prof était allemand. La première fois qu'il est venu donner un cours, la directrice nous l'a présenté:" les enfants, je vous présente monsieur Adolf S..." Un enfant a bêtement coupé du haut de ses 7 ans: "oh, Adolf, comme Hitler!"...Le prof est sorti de la classe, et quand il est revenu, on voyait qu'il avait pleuré.
    Merci de rappeler qu'il y a évidemment eu des allemands héroïques. Moi ça me rappelle aussi qu'il y a aujourd'hui beaucoup d'allemands qui n'y sont pour rien et qui portent ce passé comme une plaie.
    Jodessous, merci pour la traduction en français. J'avais tendu l'oreille en écoutant tout à l'heure la version française mais ne parvenais pas à saisir toutes les paroles. Cette fin pleine d'espoir est formidable!
    Par heloise combesIl y a 9 ans
    jolicrasseux
    Suite du document de Jodessous:

    Nul doute que le bruit cadencé des coups de marteaux du jour évoquait le rythme des bêches dans le marais et que la composition de Rudy GOGUEL en est un écho profond. Le Bürgermoorlied (le Chant des Marais) était né. "Dîtes-nous qui l'a écrit ! " questionnèrent les autres détenus ! "Oh il n'a pas été fait par un seul. Nous l'avons pour ainsi dire composé tous ensemble ... Nous ne voulions pas, par prudence, faire connaître l'autre'', relate encore Wolfgang LANGHOFF, qui y apporta sans doute sa propre pierre.
    Par jolicrasseuxIl y a 9 ans
    jolicrasseux
    Nul doute que le bruit cadencé des coups de marteaux du jour évoquait le rythme des bêches dans le marais et que la composition de Rudy GOGUEL en est un écho profond. Le Bürgermoorlied (le Chant des Marais) était né. "Dîtes-nous qui l'a écrit ! " questionnèrent les autres détenus ! "Oh il n'a pas été fait par un seul. Nous l'avons pour ainsi dire composé tous ensemble ... Nous ne voulions pas, par prudence, faire connaître l'autre'', relate encore Wolfgang LANGHOFF, qui y apporta sans doute sa propre pierre.

    Wolfgang LANGHOFF relate que les Jours suivants, des détenus répétèrent le chant au retour des marais, dans la salle des lavabos de la baraque B. Sous la direction de Wolfgang LANGHOFF, ils constituèrent un cirque baptisé par dérision le "Konzentrazani" (allusion au cirque ambulant Sarrasini, alors très populaire en Allemagne), et donnèrent une représentation devant les quelque mille prisonniers du camp de Bürgermoor. LANGHOFF déclara: "Camarades, nous
    Par jolicrasseuxIl y a 9 ans
    Voir plus de commentaires