Rites de passage 2/2

Lunethique
703
3 036 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists

3 commentaires

Je te trouve bien trop radical sur ta réponse "helene" pour ce qui est de répondre à la citation donnée par "Newtoon". En effet La liberté peut réellement paraitre comme quelque chose d'angoissant dans le sens où l'individu doit choisir lui même ce dont il a besoin et ce qu'il veut dans sa vie. Dans ce sens la liberté peut paraitre angoissante car elle peut enfermer des individus dans (si il n'ont pas assez de repères ou de normes assimilés) une liberté les ramenant à une vie où ils se sentent juste en-dehors de la société.
De plus je continue ma critique, quand tu dis que l'angoisse c'est l'enfermement et la prison je ne suis pas d'accord, certes c'est l'image traditionnelle que nous avons de cela, mais pour beaucoup d'exclus sociaux, de marginaux et de déviants la prison peut être et devenir un endroits extrêmement social et sociable, et elle peut même aller jusqu'à devenir une réelle instance de socialisation avec ses normes, ses valeurs et ses rites de passages. Et donc par là, cette prison deviens l'endroit non pas de la liberté au sens premier qui pourrait s'opposer ici à l'enfermement, mais bien à une sorte de liberté social, liberté permettant enfin l'intégration à un groupe, aussi réprimé par la justice et les normes sociales dites normale qu'il le soit.
Par Jules Maribaud Il y a 2 ans
Oh la ! Newtoon apres cette soirée électorale, tu me gates ! donc je vais répondre à la volée...
1 : ce n'est pas parce que "ça ne date pas d'hier" que c'est une fatalité immuable
2 : les évolutions des civilisations (et des moyens) peuvent changer les critères
3 : nous sommes des etres sociaux mais formatés dans une éducation qui peut etre remise en cause, et celui ou celle qui a dit "la liberté c'est l'angoisse" a du se tromper de terme... ou etre trop formaté ! la liberté c'est l'ouverture et le questionnement, l'angoisse, c'est l'enfermement et la prison...
4 : la franc-maçonnerie, je ne connais pas assez, je pense que c'est (ou c'était) des gens qui sont solidaires pour faire avancer le monde dans une direction solidaire, d'où leur souci de fraternité initiatique, en fait d'engagement sincère. Un militantisme personnifié. Etre avec les autres tout en étant soi n'est pas forcément manipulateur. S'investir n'est jamais anodin.
Par Lunethique Il y a 8 ans
Petite remarque : la mondialisation économique, même s'il elle s'intensifie, ne date pas d'hier.
Il suffit d'ouvrir quelques livres d'histoires pour se rendre compte de l'intensité des échanges, parfois sur un plan plus "local" (pour eux, c'était déjà énorme), entre les pays de la méditerranée. Elle n'est pas forcément et si facilement en cause.

Quant à l'individualisme, je ne sais pas d'où vient son origine mais je penserai au modèle américain. Doit-on le regretter ?? Quand je vois les "salades" qu'on essaie de nous pondre parfois pour nous faire rentrer dans un moule (j'ai travaillé dans une entreprise familiale et c'était méga lourd), j'ai des doutes. Je comprends par contre que c'est angoissant (qq 'un a dit : "la liberté, c'est l'angoisse") et qu'il est bcp plus facile finalement de ne PAS être individualiste et de se nourrir d'illusions dans un groupe. Je dis "oui", s'il est choisi. Tiens, et la Franc-maconnerie dans tout ça (par ex) ???
Par Newtoon Il y a 8 ans