Advertising Console

    Bientôt un tueur dans le ciel suisse ?

    Super_Resistence

    με Super_Resistence

    2,2K
    250 προβολές
    Pour remplacer ses drones périmés, l’armée suisse veut convaincre le Parlement d’acheter des avions sans pilote israélien, unanimement considérés comme les meilleurs. Israël promeut ses drones ultra-performants comme étant testés sur le terrain au fil des guerres et de ses opérations sur la Bande de Gaza. Un argument de vente ambigu ! Temps Présent s’interroge: acheter des drones israéliens, n’est-ce pas cautionner d’éventuels crimes de guerre ? Enquête.
    La Suisse possède depuis 20 ans une petite escadrille de drones, nichée à Emmen. Le Département militaire fédéral veut les remplacer pour mieux assurer la sécurité du territoire. Les experts helvétiques ont présélectionnés des avions sans pilote israéliens, des monstres de performance: 30 heures d’autonomie et des capacités de reconnaissance ultra-performantes. Ils peuvent même être armés, même si la Suisse ne veut pas de cette option.

    Le choix des appareils israéliens semble une évidence technologiquement. Le problème est éthique. Israël ne cache pas qu’elle a perfectionné ses drones au fil des guerres, ils sont « testés sur le terrain ». Or des voix s’insurgent en Suisse, avec l’association BDS, mais aussi dans le monde. L’ONG Human Rights Watch a enquêté sur la récente opération israélienne à Gaza en 2012. Son rapport dénonce des cas inexplicables de civils tués par des missiles de drones israéliens.

    Comment justifier l’achat de matériel militaire à un pays soupçonné de crime de guerre ? Comment comprendre les relations privilégiées en matière militaire que la Suisse entretient depuis des années avec Israël ? Ces questions, le Parlement ne pourra pas les éviter, il doit approuver prochainement l’achat de ces drones israéliens. L’enquête de Temps Présent sur ce sujet extrêmement sensible donne la parole à toutes les parties en Suisse, en Israël et dans la Bande de Gaza.