Advertising Console

    Très Haut Débit Hauts-de-Seine

    Reposter
    Christophe Grebert

    par Christophe Grebert

    50
    2 625 vues
    Interview de Guy Janvier, conseiller général socialiste des Hauts-de-Seine

    Vendredi (24 mars), le Conseil général des Hauts-de-Seine est appelé à se prononcer sur le projet de Nicolas Sarkozy de doter le département d'un réseau public "Très Haut Débit". Ce projet coûtera 70 millions d'euros aux contribuables du 92.

    Tout en rappelant qu'elle ne conteste par l'intérêt du développement du très haut débit, la gauche départementale s'oppose à ce projet. En effet, souligne-t-elle, il existe déjà un réseau THD dans notre département. Il a pour nom "Irisé" et il est à l'initiative du SIPPEREC (Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication).

    Autrement dit, le Conseil général des Hauts-de-Seine s'apprête à mettre en place un second réseau qui fera doublon et concurrencera le premier, lui même d'intiative publique, mais financé sans fonds public et réalisant des bénéfices !

    La droite départementale explique que sans ce projet, il faudra attendre 20 ans pour que l'infrastructure se développe, et qu'une subvention publique favorisera la concurrence. La gauche lui répond qu'en plus d'Irisé, les Hauts-de-Seine sont déjà bien desservis par plusieurs réseaux de communications privés : COLT à La Défense, France Télécom, avec ses essais de THD à Issy-les-Moulineaux. "La concurrence existe. Elle n'a pas besoin d'être stimulée", affirme la gauche départementale, ajoutant que le 92 "est même l'endroit où elle est la plus féroce puisque c'est l'endroit de France avec Paris où le marché potentiel est le plus gros".

    La gauche demande donc au Conseil général de repenser totalement son projet, en tenant compte de l'existant et de la réalité du marché.

    "Ces 70 millions vont être dépensés en pure perte", dénoncent PS et PC du 92, qui ont tenu ce mercredi matin une conférence de presse commune à l'Hôtel du département à Nanterre pour souligner les incohérences du projet sarkozien et expliquer que cet argent pourrait être utilisé à d'autres projets, comme la fourniture à tous les collégiens des Hauts-de-Seine d'un cartable électronique...

    Après MUSE, après SITER (autre réseau public de communication !), après la fac Léonard de Vinci, THD92 sera-t-il le prochain projet pharaonique et inutile des Hauts-de-Seine ?