Le renouveau de l'échiquier politique grec

euronews (en français)
2,1K
11 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Les Grecs sont à la veille d’une période électorale chargée : ils doivent en effet se rendre aux urnes dès dimanche pour les élections locales et le week-end suivant pour les élections européennes. Des scrutins qui font figure de tests politiques majeurs dans un pays qui souffre de la crise et des mesures d’austérité.

Ce contexte fragile a favorisé l‘émergence de nouveaux partis, qui font de l’ombre aux formations politiques traditionnelles. C’est le cas notamment du parti Potami ou Rivière. “Les Grecs veulent du changement’‘, souligne Stavros Theodorak, le leader de Potami. ‘‘Si vous regardez les sondages d’opinion, avant que naisse notre parti, le première formation politique ce n‘était pas Nouvelle Démocratie ou Syrisa, non la première formation, c‘était personne. 40 % de la population disait qu’il n’y avait personne pour qui voter. C’est donc logique que les gens se tournent vers nous.’‘

Le sentiment eurosceptique est particulièrement fort en Grèce à l’approche des élections européennes. C’est l’un des enjeux de cette période électorale, comme l’explique Aschalis Aganidis du parti de l’Olivier (Elia) : “Plus que jamais, les gens ne voient plus l’Union européenne comme un système qui peut leur apporter la prospérité. Aujourd’hui, l’Europe est perçue comme une menace qui crée de l’insécurité. Et donc la question, c’est : comment pouvons-nous changer cette impression ? ‘’

Malgré cette défiance vis-à-vis de Bruxelles, un récent sondage montre qu’une majorité de la population est favorable au maintien de la Grèce dans la zone euro.

0 commentaire