Iran : après le gaz et l'électricité, la hausse du prix des carburants

euronews (en français)
1,7K
75 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Les consommateurs iraniens sont appelés à se serrer un peu plus la ceinture. Ce vendredi, le prix de l’essence semi-subventionnée a flambé de 75 %, passant de 4 000 rials (environ 0.11 euro) à 7 000 rials (environ 0.2 euro).

À cela s’ajoutent les augmentations des tarifs du gaz et de l‘électricité, relevés d’environ 25 % ces dernières semaines. L’Iran, plongé dans la récession, compte avec ces mesures économiser 18 milliards de dollars dans le budget de l‘État.

“Ils devraient subventionner le carburant pour nous, les chauffeurs de taxi, mais pas pour les voitures privées, là, il faudrait même doubler ou tripler le prix de l’essence”, plaide un chauffeur de taxi dans Téhéran.

“Il faudrait changer nos habitudes, estime un automobiliste iranien. Beaucoup de personnes utilisent la voiture à usage privé, que ce soit pour le travail ou non. Et les autorités devraient aussi encourager les transports publics.”

Récemment, le gouvernement avait demandé aux Iraniens les plus aisés de renoncer à un programme d’aide directe de 14 dollars par mois et par personne. Programme qui visait à compenser la baisse des subventions dans les secteurs de l‘énergie et de l’alimentation. Mais l’appel n’a pas été suivi, et il a valeur de revers politique pour le président Rohani.

L’Iran cherche à obtenir la levée complète des sanctions occidentales, liées au programme nucléaire controversé de Téhéran.

1 commentaire

cela Reste Moin chere que la France et c est Moin taxe
Par Persian110 en avril