"Ice Poison", tourné en Birmanie et présenté au Festival du film de Tribeca

euronews (en français)
1,8K
44 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Sur 6000 longs-métrages, le festival du film de Tribecca en a sélectionnés 87.
Et parmi ceux-ci, “Ice poison”, une production indépendante signée Midi Z, réalisateur birman d’origine chinoise.

Son film narre les déboires d’un jeune paysan en Birmanie, qui, pour s’en sortir, va se lancer dans le commerce de métamphétamine, appelée “Ice Poison” en Chine.

“Outre le budget et un choix d’acteurs limités, il y a encore une autre limite avec ce film explique le réalisateur. Je ne peux pas montrer le film en public parce que nous n’avons pas eu d’autorisation de tournage en Birmanie. On s’est d’ailleurs demandé au début comment tourner un film sans autorisation, soit comment faire un film en caméra cachée et avec très peu d’argent ? Au final, je pense que l‘élément des déplacements en moto, qu’on a intégré dans le film, a permis de contourner toutes ces limites. Et c’est cela aussi l’art.”

Invité suprise du Festival du film de Tribeca, le réalisateur oscarisé Ang Lee a assisté à la première de “Ice Poison”.

“Ils ont fait un film avec très peu d’argent, une petite caméra numérique, et en 10 jours, analyse-t-il. Et ça ne change rien à la manière de s’exprimer, avec le coeur, d’essayer de communiquer, de raconter des histoires… C’est la même chose ! Nous appartenons tous à la même famille et je suis heureux de soutenir les films de ce genre. J’ai commencé de cette façon-là moi aussi.”

Le réalisateur Midi Z a quitté Taïwan, où il réside, pour filmer dans son pays, la Birmanie.
Il nous entraîne avec lui, sur cette moto que son héros a troquée contre du bétail , dans l’Etat oriental de Shan, enclave multi-ethnique qui fait frontière avec la Chine, le Laos et la Thaïlande, et livre un récit à la charnière entre documentaire et fiction.

0 commentaire