La corruption menace toujours les institutions européennes

49 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Les institutions européennes sont mal protégées contre les risques de corruption. C’est ce qui ressort de l‘évaluation publiée par l’ONG Transparency International, la première du genre. Dix institutions ont été passées en revue. Résultats: une atmosphère de complaisance, des règles trop complexes et une tendance à travailler à huis clos… tout cela au détriment de la transparence.

00.21 – 00.40 Carl Dolan, Directeur de Transparency International

“Malgré le fait que les députés européens et les hauts fonctionnaires de la Commission doivent remplir une déclaration publique d’intérêts financiers, ces documents ne sont pas vérifiés de façon systématique”, déplore Carl Dolan, directeur de Transparency International. “Cela rend les institutions européennes vulnérables aux risques de corruption.”

Il y a deux ans, l’ancien commissaire européen à la Santé, John Dalli, démissionnait suite à des soupçons de corruption. Une affaire qui a terni l’image de l’Europe. Selon un récent sondage (http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_397_en.pdf), 70% des Européens pensent que la corruption est présente au sein des institutions.

“Il existe une série de choses très simples que les institutions peuvent mettre en place”, explique Carl Dolan. “Nous proposons une politique de transparence par défaut. Cela veut dire que tous les documents issus de réunions importantes, y compris ces rencontres informelles à huis clos, devraient être rendus publics. Et pas seulement pour les personnes avec un accès privilégié ou celles qui connaissent bien les processus de décision, mais pour tous.”

Le rapport note des progrès mais il reste du travail. Il invite chaque institution à se doter d’un système d’alerte anti corruption et à instaurer une culture de la transparence.

0 commentaire