Advertising Console

    Broadcast Time S01E16 : Rushes et images, nos conseils et astuces de sécurisation et sauvegarde

    Reposter
    OUATCH TV

    par OUATCH TV

    512
    185 vues
    C'est l'histoire d'une carte MicroSD reçue en cadeau, trois semaines plus tôt, de la part d'un grand constructeur coréen… et qui, soudain, ne répond plus. Dessus, j'avais stocké plusieurs heures d'images et d'interviews réalisées les jours précédents, à l'IFA de Berlin, puis à l'IBC à Amsterdam. Carte muette, carte morte. Malgré un examen attentif par notre invité du jour, Leopold HIERSCHE, dans son atelier de Dresde en Allemagne, je n'ai jamais pu récupérer mes précieuses images dont il n'existait aucune copie, aucune sauvegarde. Voilà pour le premier exemple concret, en illustration du sujet du jour dans Broadcast Time.

    Disque dur formaté par erreur

    Le 2e exemple a pour théâtre le NAB 2014 à Las Vegas. Quatre jours de salon, quatre jours d'images tournées sur cartes SD puis importées dans Final Cut Pro X et stockées sur un disque dur externe Western Digital. A quelques heures de reprendre l'avion pour Paris, tous les sujets sont quasiment finis, tout comme la spéciale de 26' consacrée au NAB 2014. Pour finir le montage dans l'avion, je décide alors de copier tous les rushes sur un disque USB auto-alimenté que je viens d'acheter, exprès, chez Fry's, une sorte de BHV de l'électronique qu'on ne trouve qu'aux États-Unis. Ce disque, je décide de le formater pour en tirer un meilleur parti qu'en le laissant dans son format d'origine (NTFS). Par précaution, je débranche tous les autres périphériques USB… et lance le formatage… sans me souvenir que mon disque dur de travail est connecté par un câble blanc… en FireWire. Je formate donc le mauvais disque et perds une semaine de travail en quelques secondes. Je n'ai plus rien.

    Le double enregistrement

    Voilà les deux histoires qui ont conduit à cet épisode 16 de Broadcast Time. En une demi-heure, avec Fabrice Arades, nous vous donnons nos conseils, nos astuces, pour que ces deux mésaventures ne vous arrivent jamais. Et ça commence au moment du tournage, par une habitude à acquérir sans plus tarder : le double enregistrement, sur un support de stockage différent du support interne à la caméra. Exemples : les enregistreurs Ninja Blade, Samurai Blade, Ninja Star (disponible en mai) ou Shogun (dispo en septembre) d'Atomos, l'HyperDeck Shuttle de Blackmagic Design ou encore les produits de chez AJA.

    Ne jamais recycler ses cartes mémoire avant la fin

    Deuxième conseil : à défaut de double enregistrement, sécuriser, le plus tôt possible, ses images et données, en faisant une copie, soit sur un videur de cartes mémoires, soit sur un disque dur ou SSD. Dans tous les cas, ne jamais recycler ses cartes mémoire. Au contraire, il faut conserver ses images sur les cartes mémoire, et les garder aussi longtemps que les images n'auront pas été dupliquées et exploitées. Dans mon cas, si j'avais conservé les cartes mémoire utilisées les deux premiers jours du NAB, j'aurais pu re-importer les images, ce qui n'a pas été possible, étant donné que j'ai vidé les cartes pour les utiliser, à nouveau, les jours 3 et 4. Il faut prévoir suffisamment de cartes mémoire pour ne pas avoir à les re-utiliser pendant le temps du tournage ou du séjour.

    Jusqu'à 500 € pour récupérer 64 Go de données

    Enfin, en cas de catastrophe, nous revenons sur les deux principaux logiciels de récupération de données et de restauration de supports de stockage défaillants. L'un d'eux, Data Rescue, m'a permis de récupérer environ 5% des images qui se trouvaient sur le disque dur formaté par erreur. C'est peu mais c'était déjà ça. Dans le cas d'un simple effacement, le logiciel est bien plus efficace, à une condition : n'écrire aucune donnée par-dessus les données qui ont été effacées. Enfin, avec Leopold HIERSCHE, nous évoquons ses compétences aussi particulières que pointues. Au pire des cas, et à condition que les circuits ne soient pas physiquement cassés en deux (comme ce fut mon cas en septembre), pour récupérer vos données, comptez entre une centaine d'euros (pour 2 Go) et 500 € environ (pour une carte SD de 64 Go). Tous les détails sont dans l'émission ! A jeudi prochain, en direct, de 11h à 11h30.