Advertising Console

    Entretien avec Régis Wargnier

    Repost
    Paris.fr

    par Paris.fr

    1,7K
    1 266 vues
    Régis Wargnier débute dans le cinéma en 1972. En 1986, il s'attaque à son premier long métrage, La Femme de ma vie où il brosse le portrait d'un violoniste en proie à l'alcoolisme. Après Je Suis Le Seigneur du Château, Régis Wargnier s'attaque à la fresque historique Indochine qui remporte l'Oscar du meilleur film étranger en 1993 et qui permet à Catherine Deneuve de gagner le César de la meilleure actrice. Il revient au cinéma en 2005 avec Man To Man, film fleuve sur la tolérance, l'acceptation de l'autre, avec Joseph Fiennes et Kristin Scott Thomas. Spécialiste des adaptations de romans au cinéma, il s'attaque ensuite au polar de Fred Vagas, Pars vite et reviens tard, où il retrouve pour l'occasion Linh Dan Pham, qui joue ici l'amante du héros interprété par José Garcia.

    Film : Pars vite et reviens tard
    Sortie en salle janvier 2007

    Le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg n'aime pas le Printemps. Il se méfie des montées de sève, des désirs d'évasion, du déferlement des pulsions, tous ces signaux qui sonnent le retour des beaux jours...Et il a raison Adamsberg... Sa fiancée, Camille, prend du recul, et son absence coupe les ailes du commissaire, au moment où il en aurait le plus besoin : Quelque chose vient de tomber sur la capitale, une énigme porteuse de malédiction, qui pourrait bien virer au malheur, si on ne la résout pas fissa...
    D'étranges signaux se répandent sur les portes des immeubles de Paris, et des mots inquiétants, mystérieux, sont lâchés à la criée sur les marchés... Et puis arrive ce qu'Adamsberg redoutait : Un premier mort, le corps noirci, le visage figé dans une grimace de terreur, les signes de la peste... Et c'était ça qu'annonçait l'énigme, le retour du terrible fléau, mais avec une sacrée variante, il semble que quelqu'un contrôle la maladie et la porte où il veut.