Interview de Françoise Simpère

funkypitt

par funkypitt

15
14 227 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Il n'y a pas encore de description.

3 commentaires

La rupture n'est jamais un déstin inéluctable, et c'est tout l'art de la relation de couple que de savoir l'éviter tant que les affects sont la: il tient a si peu de chose de se réinvestir l'un l'autre.Finalement,améliorer son rapport à l'autre, c'est apprendre à connaitre les émotions archaiques de l'affectivité pour glisser vers une relation personnalisée faite d'échanges et de confrontations;c'est vivre une des aventures humaines les plus étonnantes,s'avouer les plaisirs de l'intimité sexuelle,affective,psychologique, en évitant les récifs de l'afféctivité archaique que sont la jalousie,la volonté de posséder, la maitrise absolue. C'est accepter de perdre... mentalement, de lacher prise,tout en éspérant et souvent,en constatant que le lien réel est plus fort que les chiméres que l'on redoutait!
Par Hors Contexte il y a 3 ans
La se situe l'origine de l'aveuglement qui régit les situations de dysharmonie conjugale: chaque membre du couple effectue tout travail psychologique pour ne pas voir que les crises récurrentes; differends,conflit, sont en mesure d'élbranler les fondements du lien amoureu; chacun préfére s'abreuver d'interprétation erronées, mentir et se mentir à soi-méme.Toujours cette peur de perdre l'autre qui n'ose aller au bout de sa logique, alors que sa prise de conscience peut avoir effet de conjuree et la peur et l'événement, en introduisant plus de sérénité dans le couple.Par nature,le lien amoureux est énigmatique;la déstinée de la rencontre peut étre celle du détissage et de la séparation,et il est dans l'ordre des choses qu'une relation puisse s'arréter,mais on ne peut que vivre cet amour tant qu'il dure, et constater que la relation peut suivre à bien des craintes, a bien des désacords.
Par Hors Contexte il y a 3 ans
Intelligente et sage vision des rapports hommes-femmes.
Par Patrice il y a 6 ans

Plus de vidéos de funkypitt

La Venoge, par Jean Villars-Gilles