Algérie : La présidentielle est une mascarade absolue

Super_Resistence

με Super_Resistence

2,3K
171 προβολές
Les Algériens vont élire leur président le 17 avril prochain. La campagne pour cette élection est pour le moins curieuse.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika va "de mieux en mieux" et prêtera serment lors d'une cérémonie publique s'il est réélu, a assuré mardi 8 avril son directeur de campagne Abdelmalek Sellal dans un entretien avec l'AFP.

Des interrogations ont jailli ces dernières semaines dans la presse sur la capacité du chef de l'État, affaibli il y a un an par un accident vasculaire cérébral (AVC), de se prêter à cette cérémonie. Son dernier discours public remonte à mai 2012 à Sétif, dans le nord du pays.

Abdelaziz Bouteflika ne mène d'ailleurs pas campagne et a chargé (c'est inédit dans le monde) sept de ses proches de sillonner le pays pour convaincre les 23 millions d'électeurs appelés aux urnes le 17 avril pour le premier tour de la présidentielle. Élu en 1999 avec 74% des voix, il a été réélu en 2004 avec 85% et en 2009 avec 90%.

Ses chargés de campagne assurent - sans rire, ni faire rire personne - qu'Abdelaziz Bouteflika est fringant, dynamique et qu'il a de l'appétit pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête de son pays. C'est évidemment une mascarade absolue et très triste. Elle signifie que les clans qui dirigent l'Algérie depuis de nombreuses années ne se sont pas entendus sur un candidat de substitution à Bouteflika, et montent donc cette opération de réélection qui ne trompe personne et ne règle aucun problème.