Advertising Console

    L'appel de Brangäne - Tristan et Isolde - Janina Baechle

    Repost
    operadeparis

    par operadeparis

    314
    2 128 vues
    Einsam wachend
    in der Nacht,
    wem der Traum
    der Liebe lacht,


    hab der einen
    Ruf in acht,
    die den Schläfern
    Schlimmes ahnt,
    bange zum
    Erwachen mahnt.
    Habet acht!
    Habet acht!
    Bald entweicht die Nacht.
    Veillant seule
    dans la nuit,
    qu'il prête attention
    à mon appel,
    celui à qui le rêve
    de l'amour rit,
    je pressens du malheur
    pour ceux qui dorment,
    avec angoisse je les presse
    de sortir du sommeil.
    Prenez garde !
    Prenez garde !
    La nuit bientôt prend fin.