Kiev donne 48 heures aux pro-russes pour évacuer les bâtiments

318 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Lougansk continue à résister. Dans cette ville pro-russe de l’est de l’Ukraine, le siège des services secrets est envahi par des activistes armés. Ce matin, les autorités ukrainiennes leur ont lancé cet ultimatum : 48 heures, les occupants ont 48 heures pour vider les lieux. Si les négociations échouent, la force sera employée.
“C’est notre dernière chance, lance Vitaly, habillé en treillis militaire. Kharkiv est perdu, Donetsk est perdu, Mykolaiv est perdu depuis longtemps, Odessa est presque tombé. Nous sommes le dernier espoir dans toute l’Ukraine.”

Dans ces villes de l’est, les opposants réclament l’aide de Moscou. La Russie, très critiquée par la communauté internationale, a déployé des dizaines de milliers d’hommes à la frontière ukrainienne, depuis l’annexion de la Crimée. Moscou assure que ce n’est pas une menace.

Ici à Donetsk, les avis sont partagés : unité du pays, rattachement à la Russie, fédéralisation de l’Ukraine, indépendance…
“Nous voulons la liberté, dit Anna, nous voulons qu’une “république de Donetsk” unisse tous ceux qui veulent s’unir avec nous.”

“Nous voulons que Donetsk reste une ville ukrainienne, dit à l’inverse une autre femme, nous l’aimons, nous aimons notre Ukraine.”

Signe de la tension qui règne dans l’est du pays, les services secrets annoncent l’arrestation d’un femme russe mélée aux manifestants, présentée comme une espionne.

A Donetsk les manifestants tiennent toujours les locaux de l’administration régionale. Après l’ultimatum lancé par Kiev, les prochaines heures seront cruciales pour l’unité de l’Ukraine.

0 commentaire