L'ambition de Vladimir Poutine pour la Russie - Les mardis des Bernardins

Découvrir le nouveau player
Collège des Bernardins
180
556 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Mardi des Bernardins du 25 mars 2014 - Collège des Bernardins

Après des semaines de tensions autour de la place Maïdan à Kiev, la Crimée devient le théâtre d’affrontements préoccupants entre la Russie et les pays occidentaux.

L’attraction de l’Ukraine ou précédemment de la Géorgie, vers l’Union Européenne fragilise dangereusement le rôle et la puissance russe que Vladimir Poutine s’efforce de bâtir depuis son accession au pouvoir en 2000. Son projet d’Union économique eurasiatique prévu pour 2015 manifeste la volonté russe d’être le pivot incontournable entre l’Europe et l’Asie. Toutes les forces du pays sont mises à contribution, dont celles, non négligeables, du Patriarcat de Moscou.

Que révèle la crise ukrainienne des ambitions de la Russie d'aujourd’hui ? Ce retour à une confrontation Est/Ouest est-il inexorable ? Quelle est la volonté réelle des habitants de Crimée? Dans ces stratégies d’influence, qu’advient-il de la liberté et du respect de la dignité des personnes et des peuples ?

INTERVENANTS

Antoine Arjakovsky
Co-directeur du département Société, Liberté, Paix

Michel Grabar
Maître de conférences en littérature et civilisation russes à l'Université de Rennes 2.

Anne de Tinguy
Historienne et politologue, enseignant-chercheur au CERI (Centre d’Etudes et de Recherches internationales), directeur de recherche à l’INALCO

Hiéromoine Alexandre Siniakov
Recteur du Séminaire orthodoxe russe à Epinay-sous-Sénart, secrétaire du diocèse de Chersonèse aux relations avec les Églises, la presse et la société et membre de la Représentation de l'Église orthodoxe russe près les institutions européennes à Bruxelles

1 commentaire

Je suis choqué de n'entendre, dans ce débat, aucun intervenant évoquer le rôle actif du gouvernement américain dans la révolution ukrainienne. Cet élément n'est pas mineur et ne peut être évacué du débat.
Par Roland Defrance en août