Advertising Console

    Coordination avec les différents partenaires

    Repost
    64 vues
    En urgence, les opérations d’aide sont complexes et multisectorielles. La coordination est primordiale dans les programmes de réfugiés où de nombreuses agences opèrent souvent au même endroit. L’efficacité de l’aide va dépendre de la capacité des acteurs en place à répondre rapidement aux besoins prioritaires. Chaque crise est unique et exige une réponse spécifique qui tienne compte de la situation sanitaire et politique.

    D’importantes ressources sont engagées tant au niveau du personnel, de la logistique, de la nourriture que des fournitures médicales. Il peut y avoir de nombreuses contraintes d’accès à certains sites dues à l’insécurité ou à la géographie du site ou de la région.
    Sans une bonne coordination, tout programme d’aide peut devenir chaotique, prendre du retard par manque de priorisation et produire l’inverse de l’objectif recherché.

    Dans les situations de déplacements de population, les partenaires impliqués sont généralement le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés

    , si la population passe une frontière, les autorités du pays d’accueil, les représentants des déplacés et les différentes ONG nationales ou internationales.

    Le mandat du HCR implique le soutien des états pour la gestion des situations de déplacements, la promotion du droit des réfugiés et leur protection et leur statut juridique. Il peut également gérer l’assistance matérielle fournie par les organisations d’aide. C’est en général lui qui prend le leadership dans l’organisation physique des camps ou des sites et normalement la coordination de l’assistance.

    Les autres partenaires jouent néanmoins un rôle majeur dans la coordination.
    Pour fournir une aide rapide et efficace, les agences de secours doivent s’entendre et définir les objectifs et la répartition des tâches. En établissant ensemble des priorités dans les secours à apporter, avec prise de décisions rapides et en ayant le plus possible recours à des outils standardisés, il est possible de mettre en place une aide de qualité.

    Pour prendre des décisions, les contacts informels et une bonne coopération ne suffisent pas. La communication doit donc être établie et formalisée. Ceci se concrétise principalement par des réunions ad-hoc et des échanges d’informations réguliers.

    Il y a généralement un délai avant que quelqu’un ne prenne l’initiative et la responsabilité de coordonner. Si le HCR ou le pays d’accueil ne s’y est pas engagé, il appartient aux organisations humanitaires de mettre en place une équipe de coordination et, si nécessaire, d’assumer le leadership.