Marseille : rassemblement à gauche pour une nouvelle campagne

infos-marseille
16
79 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
La nuit a été courte, à gauche. Dès dimanche soir, le candidat socialiste à la mairie de Marseille a rassemblé ses têtes de listes. Pour faire le point de la situation, bien sûr, mais aussi pour examiner avec eux, dans le concret, les conditions d’un rassemblement avec le Front de Gauche.
Et dans la foulée, rencontre avec l’équipe de Jean-Marc Coppola pour conclure un accord de fusion des listes au petit matin. C’est cet accord, dont le contenu ne nous a pas été détaillé, que Patrick Mennucci et Jean Marc Coppola ont annoncé lundi après-midi dans un bar du centre-ville.
Marie-Arlette Carlotti, Samia Ghali, Eugène Caselli, Garo Hovsépian, Karim Zéribi ou encore Christophe Madrolle entouraient Patrick Mennucci. Christian Pellicani, Isabelle Pasquet, Marie Batoux, Samy Joshua ou Jean-Marc Caravegna accompagnaient le chef de file du Front de Gauche.
« Notre rassemblement s’est effectué très rapidement dès hier soir sur la base solide des valeurs partagées de la gauche et avec la volonté de servir les Marseillais », explique le candidat socialiste.
L’idée n’est pas de faire croire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes à Gauche. Mais de faire comprendre que le rassemblement s’effectue par delà les différence et dans le respect des divergences : « Nous avons des différences entre nous. Ce rassemblement ne nous empêche pas de continuer à avoir ses différences, sur l’appréciation de la politique gouvernementale par exemple, ou sur certains points du programme. »
Et le premier point de rassemblement de la gauche, c’est bien de faire front contre l’extrême - droite et empêcher Stéphane Ravier de prendre le 7e secteur.
Au passage on est unanime à gauche, l’appel de l’UMP à un « front républicain – et donc au désistement de la gauche - dans ce secteur relève de l’escroquerie politique : « si nous laissions monsieur Miron seul face à Stéphane Ravier, nous avons la certitude que le FN l’emporterait, explique Patrick Mennucci, par contre si on additionne les voix de Garo Hovsépian à celle de Samy Joshua et de Pape Diouf, on obtient plus de voix que Stéphane Ravier ou Richard Miron. Et il faut ajouter à ceux-la le nombre important de nos électeurs qui se sont abstenu au premier tour ».
« Nous pouvons autre la surprise du second tour »
Cette abstention - sanction qui fait roi le FN et remet en selle Jean-Claude Gaudin, Patrick Mennucci le reconnaît, est bien un message au gouvernement : « dans la France entière on a pu constater que les électeurs ont voulu sanctionner le gouvernement. Cette sanction a été entendue. Nous appelons les Marseillais, à sanctionner dimanche prochain la politique de Jean-Claude Gaudin, parce qu’il est toujours possible de changer les choses à Marseille ».
Dès mardi matin, donc, c’est à la chasse à l’abstentionniste que les militants de gauche vont se livrer, cherchant à convaincre les abstentionnistes qu’une fois leur message délivré, il faut consacré ce second tour aux problèmes de Marseille. C’est une nouvelle campagne qui commence et nous sommes convaincus que dimanche prochain nous pourrons créer la surprise ».
©Infos-Marseille.fr

0 commentaire