FIFDH, cinéma et droits humains

euronews (en français)
1,9K
74 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Plus de 25 000 personnes ont assisté cette année au FIFDH le Festival du Film et Forum International sur les Droits Humains. Un festival qui se tient depuis sa création en 2003 à Genève et qui a été fondé par Léo Kanneman.

0.20 sot (FRENCH) Leo Kaneman Festival Director : “Nous avons une double démarche Une démarche artistique avec les films : meilleur est le film d’un point de vue artistique, mieux on parle des droits humains, et l’autre démarche est plus politique, c’est une démarche ou des débats sont organisés : un film ; un sujet ; un débat et on ne peut pas débattre s’il n’y a pas un film de qualité artistique. C’est très important.”

Le grand prix du festival a été remis au documentaire Return to Homs. Le film a été réalisé par Talal Derki et il a reçu le prix du jury au festival de Sundance.

Pendant trois ans le réalisateur qui est né à Damas et qui vit à Berlin a suivi deux jeunes hommes qui ont décidé de se battre dans les rangs des rebelles.

Talal Derki : “Ce film précise la façon dont les gens se battent pour défendre et protéger tous les jours avec leurs armes leur propre vie, leur famille, leurs enfants. On peut aussi voir leur fatigue, leur épuisement et leur envie de revenir à une vie quotidienne et normale”.

Le deuxième prix du festival est revenu au film du réalisateur allemand Maro Wilms pour son documentaire “Art War” qui suit des artistes dans l’Egypte d’après Moubarak.

Une Egypte qui a connu une prolifération de créativité après la chute de Moubarak une façon de participer à la révolution.

Marco Wilms : “Le travail des artistes égyptiens dans mon film reflète le monde tel une goutte d’eau qui reflète la totalité du monde dans une petite image. Je crois que le mérite de l’art c’est qu’il peut exprimer la complexité de ce que les gens ressentent dans une révolution”.

Wolfgang Spindler, Euronews :

“le Festival du Film et Forum International sur les Droits Humains est une plateforme qui nous montre que chaque jour dans le monde les droits de l’homme sont violés d’une façon la plus cruelle. Ici les films sont plus qu’un simple divertissement.

0 commentaire