Bruxelles réclame une plus grande efficacité dans les travaux à Pompéi

euronews (en français)
2,1K
47 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
L’Union européenne (UE) s’agace de voir le site archéologique de Pompéi tomber en ruines. Cet agacement s’explique par le fait qu’il y a deux ans, Bruxelles a alloué à l’Italie, des fonds (105 millions d’euros) pour sauvegarder ce patrimoine.
Mais, à ce jour, seul un tiers a été dépensé. Certains invoquent les lourdeurs administratives.
Bruxelles vient donc de faire savoir que si le chantier de restauration n’est pas bouclé avant fin 2015, alors elle récupérera la somme restante.

Les regards se tournent aujourd’hui vers le nouveau surintendant, le professeur d’archéologie Massimo Osanna.
Nommé le 20 janvier, il n’a pris ses fonctions que ce mercredi…
Dans sa première interview, il a dit qu’il était “prêt à agir immédiatement”. Il a notamment évoqué le chantier engagé pour détourner les eaux de pluies et éviter qu’elles ne se déversent sur le site et fragilisent un peu plus les édifices. Bref, il promet de prendre les choses à bras-le-corps.

Le nouveau gouvernement a promis que tout serait mis en œuvre pour sauver Pompéi. Les précédents gouvernements avaient dit la même chose, sans que les promesses ne soient suivies d’effet…

Cette fois, le président du Conseil, Matteo Renzi, en a appelé au secteur privé, pour qu’il intervienne financièrement aux côtés de l’Etat. “L’Italie est le pays de la culture, alors moi je dis aux chefs d’entreprise: qu’attendez-vous ?”, a répondu le Premier ministre à une question de la presse lui demandant, lors d’un déplacement à Syracuse (sud), quel était son sentiment sur les récents éboulements de plusieurs pans de murs à Pompéi.

Le site archéologie de Pompéi est vieux de 2000 ans. Il attire chaque année 2 millions de visiteurs.

0 commentaire