Propagandes silencieuses 01

Découvrir le nouveau player
SylvanoDeLaSelva
11
1 122 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Ce film est une tentative (cinématographique). Dans l'émission visée, le discours reflète la pensée unique qui sévit dans notre société.
Alors, on y voit des pauvres, et des riches.
Et la subtilité journalistique n'est malheureusement qu'apparente. Le cliché est de mise, la poudre aux yeux est de sortie et la contestation devient tabou.
Mon film n'est pas un film sur la société, elle ne peut se réduire à un clip de 2 min 30.
Ici, les journalistes nous illustrent eux-mêmes la pensée unique.
La solution proposée n'est pas celle de la société, mais celle de "la société du petit Nicolas", "la France qui travaille", la France qui n'a pas les moyens d'entretenir les fonctionnaires et les services sociaux... Cela vous inspire-t-il ?

8 commentaires

non, c'est très bien comme ça ! ne change rien. à bientôt.
Par Private lutopiste il y a 6 ans
"J'ai filmé ma télé II" super, quel talent mais quand filmeras-tu un écran LCd ou Plasma pour diversifié la forme de tes films
Ca serait pas la musique d'un film de cul?
Par Ronald_Ballmer il y a 7 ans
merci.
Par Cimendef il y a 8 ans
Les journalistes ne voient pas bien la frontière entre le cliché -le lieu commun- et l'objectivité journalistique. Le ton ironique est utilisé dans cette émission pour contrebalancer la propagande du fond. Les journalistes pensent que cela peut-être une manière d'apporter un point de vue objectif, en exposant les modes de fonctionnement aberrants de la société et en contrebalançant par un ton ironique, mais sans pour autant ouvrir sur les solutions. Ils sont sensibles à l'idée que les modes de fonctionnement de la société sont parfois générateurs de souffrances, mais ils se représentent ces situations aberrantes comme une fatalité. Ils se représentent de l'autre côté, les idées gauchisantes comme des recettes ayant déjà fait la preuve de leur inefficacité ("Marx, c'est fini." Les journalistes ont intégré cette idée -lancée par Sarko- comme une vérité.)
> C'est cela que je critique, la pensée unique, le vocabulaire-cliché.
Par SylvanoDeLaSelva il y a 8 ans
Voir plus de commentaires