AGDE - TOURISME Henri COUQUET répond aux questions

HERAULT TRIBUNE
202
5 841 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Henri COUQUET Préserver le Tourisme - Partie 4 et 5

TOURISME
Henri COUQUET répond aux questions
Pour le tourisme, ce ne sont pas les déclarations incantatoires sur le « haut de gamme » qui vont nous préserver du risque de diminution de la présence et de la consommation touristique. En fait, notre haut de gamme à nous, c’est la clientèle qui recherche le bien-être, une bonne qualité de vie, un environnement nature : pistes cyclables, espaces verts, parcours sportifs, nature préservée … Notre touriste est souvent un futur résidant, et c’est la résidentialisation de nos touristes et de nos structures qui provoque le vrai allongement de la saison tant recherché. Il faut donc mieux s’occuper des résidants secondaires. C’est pour cette raison qu’Henri COUQUET propose de créer, dans la future municipalité, une délégation aux résidants secondaires. Ainsi ceux-ci auront un interlocuteur chargé de traiter les problèmes qu’ils rencontrent, par exemple en termes de sécurité de leurs biens.
Actuellement notre ville est bien connue, en particulier au travers de sa principale station balnéaire, le Cap d’Agde. Mais cette connaissance est malheureusement souvent connotée négativement : les exhibitions sexuelles du quartier naturiste, les statistiques de la délinquance, de l’endettement ou du chômage, ou l’image de bétonisation. Henri COUQUET envisage de faire rapidement évoluer cette image, par une politique de forte promotion. Le thème principal qu’il propose se déclinerait sur le mode suivant. Agde c’est aussi la mer, les plages, c’est aussi les bateaux, le nautisme, c’est aussi le kite-surf, c’est aussi la douceur de vivre, les pistes cyclables, les espaces verts, c’est aussi les réserves naturelles, le sentier sous-marin, la nature, c’est aussi la pêche et les poissons, les vignes et le vin, c’est aussi une ville sportive, un patrimoine historique exceptionnel, c’est aussi des musées, des secrets avec le Saint-Christ peut-être de Michel-Ange, c’est aussi un cœur historique, c’est aussi la seule île du golfe du Lion : Brescou …
Et c’est bien la promotion qui forge l’image et qui attire le client. Ce n’est pas l’animation, sauf à faire une animation de qualité, loin de la cacophonie actuelle. A ce sujet, Henri COUQUET a cité le festival de Carcassonne, actif de juin à août, avec 42 spectacles payants et 78 gratuits, festival dont la qualité assure un quasi auto-financement.
Pour répondre à une question spécifique sur l’hébergement des saisonniers, qui souffrent du prix des loyers estivaux, Henri COUQUET propose de promouvoir cet hébergement en cœur de ville, dans les locaux vacants appartenant à la collectivité, ou aux privés qui voudront s’y associer. Les loyers seraient moins élevés et le centre ville y gagnerait en activité. Cet hébergement pourrait aussi prendre la forme d’une auberge de jeunesse destinée à accueillir les publics participant aux formations dont nous avons parlé plus haut.
En ce qui concerne le centre ville, Henri COUQUET a précisé que son office du tourisme méritait une promotion particulière afin d’attirer plus activement un public intéressé par son patrimoine. Les animations liées à sa culture et son histoire ont vocation à s’y développer.
En règle générale, la population agathoise devrait être davantage associée au développement du tourisme et de nos stations, afin que celui-ci ne soit pas parfois vécu comme une nuisance seulement. C’est dans ce sens qu’Henri COUQUET avait proposé d’associer les jeunes actifs au développement de nos stations en créant un lotissement communal à l’entrée de Rochelongue, au lieu d’une résidence touristique de plus. Au-delà de cette occasion manquée, Henri COUQUET envisage de nouvelles initiatives allant dans cette direction.
Enfin Henri COUQUET conclut sur un grand projet qui pourrait fédérer l’ensemble de la population et des professionnels. Un projet phare allant dans le sens de l’association qui promeut la réhabilitation de l’île Brescou. Henri COUQUET propose que cela devienne le grand projet symbolique de notre territoire et de notre tourisme. Il suggère de profiter de la récente politique régionale de rachat des phares languedociens, pour s’associer avec le Région, non pour lui vendre l’île, mais pour y créer un grand projet (l’île Brescou étant aussi un phare). Notons que celui-ci serait alors éligible aux financements européens, ce qui pourrait nous faire sérieusement avancer sur ce dossier difficile. La dynamique autour de ce projet pourrait alors prendre une dimension importante. Le statut de seule île du golfe du Lion pourrait en faire le fer de lance d’une communication régionale dont notre commune profiterait largement des retombées. C’est peu dire alors l’impact promotionnel pour notre territoire, notre commune, nos stations et notre tourisme.

Jean VIGUIE, professeur à l’Ecole Supérieure de Commerce de Montpellier

0 commentaire