Marseille : un prix qui tombe à pic

Découvrir le nouveau player
infos-marseille
17
20 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Il y avait foule, jeudi midi dans la salle des délibérations de la Ville pour célébrer la remise du diplôme de « ville européenne de l’année » a Marseille. En réalité, l’académie d’urbanisme de Londres avait attribué ce prix à Marseille en novembre dernier. Mais on ne sait par quel hasard de calendrier, c’est en pleine campagne électorale que Steven Bee son président est venu remettre son diplôme au maire candidat à sa propre succession.
« Ce prix témoigne d’une évolution de la ville dans le respect des règles et des lois mais sans faute d’urbanisme caractérisée, explique Jean-Claude Gaudin. Depuis les années 60, on essaie artificiellement de séparer la ville en deux, le nord et le sud. Moi je m’honore comme maire d’avoir fait énormément de choses pour le nord de la ville. On a fait deux zones franches qui ont été un véritable succès. On a fait l’Espace Mistral, avec l’école de la deuxième chance on forme des jeunes qui n’avaient pas bien réussi leur parcours scolaire, avec Euroméditerranée, on appelle aussi de grandes entreprises qui créent des emplois. Mon but a toujours été de faire reculer le chômage et créer des emplois et nous y sommes arrivés. A partir du moment où on nous donne un prix pour reconnaitre que notre urbanisme n’ pas défigurer la ville et a été de qualité , c’est une bonne chose ».
Une enquête publiée récemment par nos confrères de la Provence, tend à démontrer que loin de se résorber la fracture entre quartier nord et quartier sud est bien réelle. Tout au plus s’est elle déplacée de quelques centaines de mètres, la frontière se situant aujourd’hui au niveau d’Euroméditérranée ou se jouxtent d’un côté la tour CMACGM et de l’autre St Mauron, quartier le plus pauvre de France.
Pour mémoire, 60% du parc HLM de la ville est concentré dans les 13e 14e et 15e arrondissements de Marseille.
©Infos-Marseille.fr

0 commentaire