Berlinale : Nymphomaniac, sexe et petites provocations

Découvrir le nouveau player
euronews (en français)
2,3K
859 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
L’acteur américain Shia LaBeouf, caché sous ce sac, et le réalisateur danois Lars Von Trierl sont venus présenter à la Berlinale la version non expurgée du sulfureux “Nymphomaniac” pour finalement réaliser de brefs numéros de provocation.

Le film est un diptyque déjà sorti dans plusieurs pays, mais pas en Allemagne par exemple. Chaque volet dure deux heures, alors que le projet du cinéaste porte sur 5h30.

Il raconte le parcours érotique de Joe, de sa naissance à ses 50 ans, présenté par le personnage principal (Charlotte Gainsbourg) qui se qualifie de nymphomane.

En face d’elle, un vieux monsieur, Seligman, qui l’a recueillie. Parallèles entre comportements humains et animaux, métaphores et même mathématiques ponctuent les scènes de sexe.

La 64e Berlinale a eu la primeur de la version “non censurée” de la première partie, plus longue de 30 minutes, qui contient encore plus d’images de sexes en gros plan.

Stacy Martin, actrice : “Les scènes de sexe, pour moi, faisaient vraiment partie du film. Je faisais confiance à Lars et je lui ai fait confiance immédiatement, donc ça a beaucoup facilité les choses. J’ai parlé à Shia peu de temps avant donc ce n‘était pas du style “on ne se connaît pas allez déshabillons nous !”. Non. On a beaucoup parlé, il y a eu beaucoup de préparations. Et finalement on avait très envie de commencer ce tournage”.

Et quand on a demandé à Shia LaBeouf ce qu’il pensait du contenu explicite du film
voici sa réponse énigmatique
il a cité mouettes et chalutiers, répondant ainsi à la Cantona version 1995.
Peu avant Lars von Trier s‘était fait photographier avec un tee-shirt noir portant l’emblème du Festival de Cannes, une palme d’or, et en dessous la mention “persona non grata”.

0 commentaire