Ouganda, Kenya, Ethiopie - L'exode des sud-soudanais

322 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Selon les Nations Unies, ces pays accueillent plus de 107 000 réfugiés venus du Soudan du Sud.
Des équipes MSF interviennent dans ces trois pays frontaliers pour leur offrir des soins.

Voici le camp de Dzaipi, en Ouganda. Il avait été conçu pour accueillir 3 000 personnes. Quand les réfugiés ont afflué ici, en décembre dernier, jusqu'à 20 000 personnes y vivaient.

Ruben Pottier, chef de mission, MSF.
Quand nous sommes arrivés le 7 janvier à Dzaïpi dans le district d'Adjumani, la situation était très chaotique. Nous avons immédiatement installé des réservoirs pour alimenter le camp en eau et avons aussi mis en place un centre de santé pour répondre aux besoins urgents de la population.

Aujourd'hui, le flux des arrivées s'est ralenti... Une relative accalmie, qui permet à l'aide humanitaire de s'organiser.

Ruben Pottier, chef de mission, MSF.
Dans le centre de santé, nous avons augmenté notre capacité d'hospitalisation. Nous avons développé l'activité dans la salle d'accouchement et à la maternité. Nous avons mis en place un service de nutrition thérapeutique intensive pour les enfants souffrant de malnutrition et nous avons recruté du personnel.

Faute de place, ces réfugiés attendent de pouvoir aller dans un des autres camps... Des camps dont la capacité d'accueil commence elle aussi à être saturée.
Venus de Juba, d'Awerial ou de Bor, les sud soudanais ont quitté leurs villes, en proie à de violents affrontements inter-communautaires. Le Kenya voisin accueille lui aussi de nombreux réfugiés. Ils arrivent chaque jour par centaines, très affaiblis, après des jours de marche sous la chaleur. Ici, comme en Ouganda, les équipes MSF redoutent l'apparition d'épidémies. Elles ont donc commencé à vacciner les enfants contre la rougeole et la polio...

Les combats au Soudan du Sud rendent le travail des équipes de plus en plus difficile. A Leer, où MSF est présente depuis 25 ans, une équipe a du fuir en brousse avec ses patients les plus gravement malades... De là, elle continue à fournir des soins, pendant qu'en ville, les forces du gouvernement affrontent les rebelles.

0 commentaire