Avortement : l'Europe des 28 législations

euronews (en français)
1,9K
26 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Bruxelles, mercredi 29 janvier : ils étaient des milliers venus de toute l’Europe manifester pour le droit à l’avortement remis en cause en Espagne par le projet de loi de Mariano Rajoy. Un texte qui pourrait faire des émules.

“Je suis ici parce que nous sommes dans une situation similaire en Lituanie. Actuellement le parlement se prononce sur un texte interdisant l’avortement,” explique une jeune femme.

La solution qu’ils avancent : inscrire les droits des femmes dans la constitution européenne.

Oui mais voilà, ce n’est pas près d‘être le cas. Le droit à l’avortement reste une prérogative nationale. En décembre, le rapport d’une députée portugaise tentant de faire reconnaître ce droit comme un droit européen a été tout simplement rejeté.

Il faut dire que la carte européenne de l’avortement est très disparate. Les Etats-membres les moins restrictifs sont majoritaires. Mais d’autres pays ne l’autorisent qu’en cas de viol, de menace pour la santé de la mère ou de malformation du foetus. Enfin à Chypre, il est illégal mais toléré en cas de viol, tandis qu‘à Malte, c’est un délit passible de 18 mois à trois ans de prison.

En Espagne, il y a quatre ans, le gouvernement socialiste de José Luis Zapatero avait finalement levé les restrictions imposées par la loi de 1985. C’est l’aboutissement de dizaines d’années de combat pour les femmes espagnoles qui est aujourd’hui remis en cause.

D’autres pays n’ont guère avancé sur la question. Cet été, après un fait divers tragique, l’Irlande, parmi les plus sévères en la matière, a consenti un léger assouplissement : la mère est désormais autorisée à avorter si sa santé est menacée, mais toujours pas en cas de viol. Une toute petite avancée qui a pourtant provoqué la colère des pro-vie.

En France, les anti-avortement ont également fait entendre leur voix, dimanche 20 janvier, pour protester contre un nouvel assouplissement de la législation sur l’IVG. Ces Français, catholiques pour la plupart et anti-mariage pour tous, ont défilé à Paris aux couleurs de l’Espagne.

0 commentaire