NAZI CONCENTRATION CAMPS extraits

Découvrir le nouveau player
Josepha Coccinelle
65
353 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Nazi Concentration Camps. Avec : Dwight D. Eisenhower , Lt. Jack Taylor. Extraits
Ce film a été tourné pour attester les découvertes des armées alliées lorsqu'elles pénètrent dans les camps de concentration et projeté comme preuve lors du procès de Nuremberg. Il comprend des séquences des camps. Les plans montrant des corps et des survivants révèlent l'ampleur des crimes nazis. Arrive de découvrir des "preuves de crimes de guerre et d'atrocités" d'extermination: Auschwitz: 2,1 - 2,5 millions de morts (probablement beaucoup plus) Belzec: entre 500.000 et 600.000 morts Chelmno: 300.000 morts Majdanek: 360.000 morts Sobibor: 250.000 morts Treblinka: Entre 800.000 et 900.000 morts, probablement beaucoup plus. Camps de concentration: Bergen-Belsen : 50.000 morts. Mittelbau-Dora: probablement des dizaines de milliers de morts. Buchenwald: Entre 50 et 60.000 morts Flossenburg: 73.000 morts Natzweiler-Struthof: 12.000 morts. Dachau: 32.000 morts. Neuengamme: 56.000 morts Ravensbruck: 92.000 morts. Sachsenhausen: Entre 40 et 50.000 morts. Gross-Rosen: 40.000 morts Mauthausen: 120.000 morts Stutthof: 65.000 morts En février 1943, George Stevens rejoint le "Signal Corps", le service de communication de l'armée américaine. Il couvre la campagne nord-africaine, puis se rend à Londres, où le général Eisenhower lui donne l'ordre de rassembler une équipe de 45 personnes et de préparer le filmage du débarquement en Normandie. La Special Coverage Unit (SPECOU) sera placée sous la coupe du Supreme Headquarters' Allied Expeditionary Force (SHAEF). La SPECOU comprend 45 personnes : des écrivains comme Ivan Moffat, William Saroyan et Irwin Shaw ; des cameramen comme Dick Hoar, Ken Marthey, William Mellor, Jack Muth ; des opérateurs de prise de son comme Bill Hamilton, qui vient de la Columbia ; des assistants-réalisateurs, comme Holly Morse, qui avait travaillé avec Hal Roach.En vue du débarquement en Normandie et de l'avancée vers l'Allemagne, les opérateurs de l'OSS reçoivent des instructions très précises sur ce qu'ils doivent faire s'il leur arrive de découvrir des "preuves de crimes de guerre et d'atrocités"
Enregistrer les preuves des atrocités commises devant un tribunal, des témoignages recueillis, qu'ils soient écrits, oraux ou filmés. Chaque jour, dans un rapport de prise de vues, le responsable de chaque unité fait un bilan de l'activité de la journée. Comme rappelé en bas de chaque page, sous la rubrique " IMPORTANT ", le rédacteur doit : " orthographier correctement les noms, identifier toutes les personnes, les lieux, les organisations, les armes, l'équipement ".La trame narrative, rédigée en complément du rapport de prise de vues, est davantage qu'un simple compte rendu. C'est un récit documenté et articulé des événements qui ont été filmés. C'est déjà un deuxième regard qui se pose sur les images, après celui des cameramen. Ivan Moffat, ancien élève de la London School of Economics, en est le principal et brillant rédacteur.

0 commentaire