Genève II a commencé à briser la glace sur la Syrie, mais le plus dur reste à faire !

Découvrir le nouveau player
euronews (en français)
2,2K
48 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Lakhdar Brahimi, le médiateur de l’ONU a employé une métaphore météo pour résumer la tonalité des discussions de la conférence qui réunit pour la première fois depuis le début de la guerre civile syrienne, le régime et son opposition.

“Je ne suis pas déçu, je n’attendais pas un résultat, mais que nous nous parlions. Je suis satisfait que nous continuions à discuter, que la glace soit en train de se briser. Pour parler franchement, je ne m’attends pas à réussir quoi que ce soit de substantiel. J’espère que la deuxième session sera plus structurée et plus productive que la première”, explique Lakhdar Brahimi, le médiateur de l’ONU pour la Syrie.

La délégation du régime entend néanmoins se concentrer sur la fin des violences et la lutte contre le terrorisme auquel Damas assimile les rebelles.

Louai Safi, le porte-parole de la délégation de l’opposition a lui estimé que “quelques progrès ont été accomplis en mettant les négociations dans la bonne voie. Mais il y a encore un grand écart entre nous et le régime sur ce dont nous devons parler d’abord”.

Mais sur le terrain, rien ne change. Des violences et des morts quotidiennement. Hier, 13 personnes ont été tuées par l’aviation de Bachar al Assad qui a lâché des barils d’explosifs sur des secteurs rebelles d’Alep. Et à Homs, l’un des enjeux de cette conférence, la situation humanitaire ne cesse de se dégrader.

0 commentaire