Advertising Console

    Barack Obama déterminé à réduire les inégalités

    Reposter
    euronews (en français)

    par euronews (en français)

    3,1K
    309 vues
    C’est un président volontaire et combatif qui s’est présenté devant le Congrès américain la nuit dernière pour prononcer son discours annuel sur l’Etat de l’Union. Alors que l’intégralité de la Chambre des représentants et un tiers du Sénat doivent être renouvelés en novembre prochain, Barack Obama a donné aux démocrates un angle d’attaque, réduire les inégalités.

    “L’Amérique ne s’arrête pas et moi non plus, alors partout et chaque fois que je pourrai agir sans les élus pour donner plus d’opportunités aux familles américaines, j le ferai”, a dit Barack Obama.

    Le salaire minimal aux Etats-Unis est bloqué depuis 2009 à seulement 7,25 dollars de l’heure. Barack Obama entend l’augmenter de près de 40 % dans certains cas.

    “Dans les prochaines semaines, je prendrai un décret ordonnant aux entreprises bénéficiant de contrats publics d’accorder un salaire juste d’au moins 10,10 dollars de l’heure à leurs employés, parce que si vous cuisinez pour nos troupes, si vous lavez leur vaisselle, vous ne devriez pas être contraint de vivre dans la pauvreté”, a assuré le président américain.

    En matière de politique étrangère, le président américain veut honorer une des ses vieilles promesses oubliées, la fermeture du camp de Guantanamo. Barack Obama s‘était engagé à le faire en l’espace d’un an en 2009 mais les manœuvres de blocage du Congrès l’en ont jusqu‘à présent empêché.

    “Avec la fin de la guerre en Afghanistan, cette année doit être celle où le Congrès lève les restrictions restantes sur le transfèrement de détenus et où nous fermons la prison de Guantanamo, parce que nous luttons contre le terrorisme non seulement par l’intelligence et l’action militaire, mais aussi en restant fidèle à nos idéaux constitutionnels”, a insisté Barack Obama.

    Barack Obama s’est une nouvelle fois montré déterminé, voir intransigeant sur le dossier du nucléaire iranien, lançant un avertissement au Congrès.

    “L’Iran a commencé à éliminer son stock d’uranium hautement enrichi. Il n’installe pas de centrifugeuses avancées. Des inspections sans précédent aident le monde à vérifier, tous les jours, que l’Iran ne construit pas de bombe (...) nous sommes impliqués dans des négociations pour voir si nous pouvons parvenir à l’objectif que nous partageons tous, empêcher l’Iran d’avoir une arme nucléaire (...) que ce soit clair, si le Congrès m’envoie maintenant une nouvelle loi de sanctions qui menace de faire dérailler ces pourparlers, j’y mettrai mon veto”, a fermement dit le président des Etats-Unis.

    Autres dossier brûlants abordés par le président américain, ceux de la Syrie et de l’Ukraine. Dans les deux cas, la prudence est de mise,
    Barack Obama a évoqué le soutien américain aux opposants syriens, et émis le souhait que les Ukrainiens puissent s’exprimer librement et pacifiquement.