Ça Vous Regarde - Le débat : IVG : droit acquis ou menacé ?

LCP

par LCP

1,6K
6 609 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à

Alors que le gouvernement de Mariano Rajoy adoptait le 20 décembre un projet de loi restreignant le droit à l’avortement uniquement en cas de viol ou de grossesse dangereuse pour la santé de la mère, les anti-IVG battaient le pavé parisien dimanche dernier, pour applaudir « l’exemple espagnol ».



L’occasion aussi pour ces manifestants, de s’insurger contre le projet de loi pour l’égalité hommes-femmes, dont certaines dispositions concernent justement l’interruption volontaire de grossesse. Suivant une recommandation du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, les députés ont voté en commission un amendement PS prévoyant qu’une femme puisse demander une IVG si elle "ne veut pas poursuivre une grossesse" et non plus parce que "son état (la) place dans une situation de détresse", comme écrit dans la loi Veil. Une mesure symbolique, qui a pourtant suscité l’indignation de plusieurs députés de l’opposition.



Alors qu’en Espagne, les femmes en attente d’IVG s

1 commentaire

Si ces « 3 petits mots » comme dit le présentateur ne signifiaient rien il n’y aurait pas nécessité de débat ni de polémique. Cette façon d’ouvrir le débat est déjà une mise en cause de la nécessité de ce débat: « 3 petits mots » dit il avec un certain mépris, suffisant pour faire voter les ignorants dans son camp. Le problème de notre pays est cette gauche totalitaire, sans foi ni loi, laxiste… qui s’appuie sur les votes des ignorants. Cela explique peut-être la raison pour laquelle, depuis des décennies « l’éducation nationale », presque totalement à gauche, s’ingénie à fabriquer des ignorants.
Pour prendre parti d’une façon juste et responsable sur cet amendement, il faut s’instruire, réfléchir, penser d’une façon autonome et finalement comprendre que les femmes comme les hommes n’ont rien à gagner à généraliser le meurtre d’un enfant encore en gestation. En quoi cet IVG sans réflexion préalable serait-il un progrès? De quelle liberté parle-t-on? L’enfant à naitre existe-t-il ou bien est-ce un tas de chiffon qui deviendrait un enfant un fois à terme? L’éducation à la responsabilité de ses actes ne sert à rien? Peut-on vivre d’une façon instinctive, sentimentale (voire compulsive) sans soucis des conséquences de ses actes, et devenir tout d’un coup un électeur(trice) responsable? Les méthodes de contraception sont-elles inexistantes?
Le seul argument compréhensible par une masse inculte donnée par cette femme pour décréter un droit à la femme à tuer son enfant, est : « il s’agit d’un gouvernement réactionnaire » (en Espagne). Mais s’est-elle regardée? Je trouve qu’elle a une tête de fasciste conservateur!!! Êtes vous convaincus? - Non sans doute, alors pourquoi croyez vous que ce gouvernement Espagnol soit « réactionnaire »? Pourquoi ne serait-il pas courageux et profondément respectueux de la vie pour tous, de tous, des pauvres, des petits, des plus faibles?
La gauche agite des diables partout afin de faire croire que la menace c’est les autres.
Quand à la lâcheté de l’UMP c’est à vomir… dire que j’ai toujours voté pour eux. On le voit, la gauche irresponsable et déracinée de toute conscience humaine (pour se croire libre sans doute?) se sert du FN pour « fédérer » les ignorants de tous bords.
On se demande si cette féministe a choisi de venir au monde, mais elle se prétend libre de pouvoir se débarrasser de son enfant.
La vie cela s’assume dans le respect total de celle des autres, c’est bien plus drôle comme çà!!!
Par tobe_or_not en février